Archives pour la catégorie “Gare”

Plus qu’une affaire de services, la vie mobile c’est du libre-service. Les systèmes VLS (vélos en libre-service) copiés par l’automobile ont élargi le spectre des mobilités. Ces offres, désormais à maturité, accueillent leur lot d’itérations servicielles. A Boston, les bornes VLS s’assortiront bientôt de bornes de casques en libre-service, une initiative propre à rassurer les moins cyclophiles. L’extension du domaine du distributeur est-il un signal faible pour des mobiliers urbains de mobilités ?

Le concept n’est pas neuf et, depuis les distributeurs accompagnent depuis longtemps le nomadisme. Si vous en doutez, faites un saut en terre nippone, patrie de l’automate, pour vous en convaincre. En Occident, les lieux de transit les multiplient, sous couvert de distribuer des tickets, des canettes ou des barres chocolatées. Dans le courant des années 2000, ces distributeurs alimentaires ont tenté de coloniser les rues. Le succès fut relatif. Trop avant-gardistes, peut-être ?

Lire la suite sur Trajectoires Fluides, le blog du Groupe Chronos.

Retrouvez aussi les précédentes Chroniques des villes agiles.

Comments Pas de commentaire »

Good news, everyone ! Demain sortira le Disney de Noël annuel : Les Mondes de Ralph. On ira le voir, tant le film raconte à merveille la mainstreamisation de la culture pop & geek (l’un des fondamentaux de ce blog). Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

Penchons-nous plutôt sur les représentations du quotidien que propose le film, en particulier sur la question des mobilités, fortement présentes dans la bande-annonce. On y retrouve en effet toute la normativité de notre inconscient collectif en matière de transports/automobile…

Lire la suite »

Comments 11 commentaires »

Si la ville est « un média comme les autres », quelle place peuvent / doivent y occuper les marques ? C’est de cette interrogation qu’est né le texte suivant, s’appuyant notamment sur l’excellent mémoire d’Aude Castan (dédié à la réappropriation de la Smart City par la pub), et sur quelques initiatives pionnières telles que ce panneau d’information « hacké » de manière fascinante par McDonalds en gare de Varsovie :

Un exemple subjuguant de créativité urbaine (ou de cynisme éhonté, c’est selon), qui soulève logiquement un grand nombre de questions urbanistiques et sociétales… notamment sur la manière dont les acteurs de la mobilité vendent à Coca Cola et d’autres le « temps de transit disponible » de leurs usagers (en particulier les gares et leurs dérives marchandes).

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

« Gare aux gares de banlieue qui s’égarent en non-lieu ! »

Voici, résumé en une phrase et quelques allitérations, le pitch d’un premier article publié dans la revue Urbanisme (n°382 – janvier-février 2012) à l’occasion d’un dossier sur « Les gares du Grand Paris Express« . Un sujet évidemment brûlant, comme l’explique Thierry Paquot dans son édito :

[...] Améliorer les transports publics franciliens s’avère essentiel pour le bien-être des habitants et impératif pour celui de la planète ! Des décisions ont d’ores et déjà été prises. Ce dossier ne peut envisager de les traiter toutes, aussi se focalise-t-il sur les gares, dont le chantier est ouvert et devient l’affaire de tous.

Malgré ce statut « d’utilité publique » que chacun reconnaît aux gares françaises et franciliennes, leur évolution récente semble souffrir de quelques anicroches… Ainsi, divers exemples, plus ou moins isolés mais tous significatifs, sont récemment venus porter ombrage aux belles ambitions déployées par la SNCF pour ses gares.

La jeune structure Gares & Connexions, qui s’est vue confier en 2009 les clés des 3000 gares du réseau avec notamment pour mission d’accompagner leur modernisation et d’en faire les « nouveaux centre-villes », se retrouve dans le collimateur. La petite dernière a-t-elle voulu grandir trop vite ? 

{ Cliquer ici pour lire l’article en format pdf. }

Comments Pas de commentaire »

Gare de Bruxelles-Midi. Un piano est installé à la sortie du Thalys pour cinq concerts in situ qui seront donnés dans la semaine par la compositrice Mathilde Renault.

Un coup d’oeil à droite, un coup d’oeil à gauche : pas de sécurité ? C’est parti pour un concert improvisé dans la ferveur d’une gare qui s’en contre-fout.

{ Cliquer ici pour lire (et écouter) la suite. }

Comments Pas de commentaire »

[ Avant-propos : URBAN AFTER ALL réinvestit la Gare du Nord pour défendre l'avenir des gares de France et de Navarre... et sans bullshit marketingo-bobo. Le lien original est à lire ici, et vous pouvez aussi nous suivre sur facebook.]

———–

Le 17 mai dernier, la jeune structure Gares & Connexions, dernier bébé de la SNCF en charge des 3 000 gares du réseau1, dévoilait son premier rapport d’activité. Celui-ci s’inscrit dans le prolongement des objectifs annoncés depuis 2009 par la maison-mère : “les gares vont devenir des lieux de vie au cœur des villes”, a ainsi résumé sa directrice Sophie Boissard.

Concrètement, cela se traduit par l’introduction de nombreux services au sein des gares, parfois inattendus, afin d’en renforcer l’attractivité : “Retirer un colis acheté sur internet, déposer son enfant à la crèche d’entreprise avant de sauter dans le train, passer chez le médecin ou chez le coiffeur, envoyer un mail urgent…2. La structure a ainsi investi 266 millions d’euros en 2010 pour redonner un second souffle aux gares vieillissantes et mal adaptées aux nouveaux besoins de la mobilité contemporaine. Un objectif hautement respectable, malheureusement écorné par une évolution plus discrète qu’il nous semble nécessaire de discuter ici.

En effet, comme nous allons le montrer, cette “revitalisation” des gares s’accompagne d’une restructuration de la conception même des gares, tant sur le plan spatial que social, avec pour conséquence (ou objectif ?) de favoriser la rentabilité du “temps de transit disponible” des voyageurs. Or, cela semble nécessairement devoir passer par un embourgeoisement de ces lieux… et donc, en parallèle, par l’éviction des catégories les plus “dérangeantes”. Décryptage d’une mutation ségrégative qui ne dit pas son nom, et qui en dit long sur la conception actuelle de nos centres-villes.

La naissance d’une prison

La nouvelle stratégie impulsée par Gares & Connexions s’appuie sur d’importants investissements en faveur de la rénovation des gares (266 millions d’euros détaillés dans les “Réalisations 2010 et projets à venir” du rapport d’activité). Or, comme l’a très bien montré Jean-Noël Lafargue dans un beau reportage dans sa gare de banlieue (billet original ici), ces travaux aboutissent entre autres à installer des portiques restructurant l’espace de la gare :

La comparaison entre « avant » et « après »[travaux] me semble très instructive à faire en ce qu’elle témoigne des changements opérés dans les rapports entre la société des chemins de fer, ses usagers et ses employés.

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

  1. Branche créée en réponse à l’ouverture des réseaux à la concurrence et aux conclusions sur Rapport Keller sur “La gare contemporaine” []
  2. Gares & Connexions a pour ambition de faire de la gare un centre de services animé et fonctionnel ; de nouveaux services « malins » appelés à être déployés dans toutes les gares au quotidien, notamment en Île-de-france, ont été testés en 2010”, cf. Rapport d’activité []

Comments 15 commentaires »