Anti-gaspillage, vers des villes plus responsables (Demain la ville)

Le 27 juillet 2017 - Par qui vous parle de , , ,

Longtemps considérée comme une inaccessible utopie, les principes de la “ville nourricière” semblent chaque jour un peu plus réaliste. La perspective d’une ville 100% auto-suffisante est aujourd’hui envisageable, à l’image d’Albi qui souhaite atteindre cet objectif à l’horizon 2020. Néanmoins, comme nous l’expliquions en conclusion d’un billet consacré au sujet, les réflexions sur la ville nourricière ne pourront s’affranchir d’une franche discussion sur le gaspillage alimentaire. Si la question est régulièrement posée pour les personnes les plus démunies, elle touche aujourd’hui de nouvelles populations citadines qui s’interrogent sur le devenir des déchets alimentaires…

animation-anti-gaspillage-alimentation-

Freeganisme, ou l’art de manger les invendus

En effet, à quoi bon consommer mieux, si l’on consomme toujours plus ? C’est en réponse à cette question qu’émergent depuis quelques années certains mouvements alimentaires visant non pas seulement à produire autrement, mais aussi et surtout à mieux utiliser les denrées alimentaires aujourd’hui produites en surplus. Et la solution la plus évidente est bien évidemment de consommer les invendus alimentaires que l’on peut trouver à chaque coin de rue ou presque ! Dans les milieux associatifs et étatiques œuvrant auprès des populations les plus précaires, les actions de récupération des invendus et des produits à courte DLC (Date Limite de Consommation) sont une pratique courante. On notera tout même la politisation de cette pratique par certains éco-citoyens qui, à travers un mouvement baptisée “freeganisme” (ou “gratuivorisme” en français), commencent progressivement à se faire connaître en France sous l’impulsion de quelques initiatives locales.

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Laisser un commentaire