De Manille à Mexico : deux regards pour sauver les mobilités urbaines (Demain la ville)

Le 20 octobre 2016 - Par qui vous parle de , ,

Le partage des modes et la saturation du trafic routier – questions intimement liées – figurent parmi les problématiques urbaines les plus brûlantes du moment. A Paris, c’est notamment la controverse récente relative à la piétonnisation des voies sur berge de la rive droite de la Seine qui dominait le débat. Si l’on en croit le “Classement annuel mondial des villes les plus embouteillées” publié en mars dernier, « la congestion routière est globalement à la hausse dans le monde »… Pour y remédier, une multitude de solutions sont alors mobilisées à différentes échelles par les villes du globe. Parfois, les moyens mis en place à ces fins résultent d’acteurs privés voire des citadins eux-mêmes. Ci-suit, deux cas de figure enthousiasmants pour inspirer les villes qui souffrent de ce mal urbain contemporain.

jeepneys-manillaises-urbain-mobilite

Manille : les jeepneys électriques à la rescousse ?

Déjà évoquée dans ces colonnes pour quelques uns de ses modes de logements hallucinants, la capitale des Philippines tient son titre – rappelons-le – de ville la plus densément peuplée du monde… Le trafic routier se voit sans surprise dans une situation critique, comme l’exprime l’article d’Emma Howard publié en juin 2016 sur le Guardian, “Carmageddon: can electric jeepneys ease Manila’s traffic crisis ? » :

« During rush hour in Manila, it would be quicker to walk the 6.5km from Renee Karunungan’s family home to her office. Today we use public transport, and it takes almost two hours. We use a jeepney (a cross between a jeep and a van), a bus, then two more jeepneys and a motorised tricycle. The city’s 2.2 million vehicles frequently grind to a standstill, and it is not unusual for commuters to be stuck for for three to four hours. When torrential rains flood the city, it can be much worse.

This is the city’s most dangerous street, responsible for more traffic casualties than any other. In the last two decades 57,000 pedestrians have been hit in Metro Manila; 3.2% were fatalities. »

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Laisser un commentaire