Faut-il en finir avec les feux rouges ? (Demain la ville)

Le 8 septembre 2017 - Par qui vous parle de ,

La fin des feux, le fin du fin urbain ? Faut-il supprimer les feux rouges ? C’est l’un des débats qui agitent régulièrement les cénacles urbanistiques, et qui connaît cette année un regain d’actualité. Les nombreux articles publiés en février dernier en attestent, en écho à de nombreuses initiatives alors expérimentées en France. Mais la question dépasse en réalité le seul cadre des feux rouges, et de l’accidentologie automobile. En creux se pose l’épineuse question de la coexistence des modes en ville, un défi séculaire des villes denses, en pleine ébullition aujourd’hui…

Une mesure contre-intuitive… mais pleine de bon sens

Suivant l’exemple convaincant d’Abbeville, première ville hexagonale dépourvue de feux tricolores (ou presque), de nombreuses grandes métropoles ont envisagé cette solution suprenante. Bordeaux, Nantes, Niort, Rouen et récemment Paris, dans le cadre de son Plan Piéton voté début 2017, souhaitent ainsi remplacer les immuables feux tricolores, pourtant presque aussi vieux que la voiture elle-même. De fait, les traditionnels feux rouges sont, dans l’esprit d’une majorité d’élus et de citadins, indissociables de la mobilité contemporaine. En France, plus de 30 000 carrefours en sont ainsi équipés, au point que l’on peut donc s’interroger : mais pourquoi diable vouloir s’en affranchir ?

ville-feu-rouge-signalisation

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Laisser un commentaire

8 septembre 2017

Par