Google contre San Francisco, la guerre des techs cities est déclarée (Slate)

Le 31 janvier 2014 - Par qui vous parle de , , , , , , ,

Certains conflits de voisinage se révèlent être de merveilleux témoins des mutations d’un territoire. Ceux qui agitent San Francisco depuis un mois maintenant en sont un parfait exemple. Le 9 décembre dernier, une poignée de manifestants san-franciscains décidaient de bloquer… un bus dédié aux employés de Google pendant une petite demi-heure. Motif de la colère des manifestants: les bus Google seraient ainsi les symboles de la gentrification qui touche San Francisco, en marge et à l’ombre des succès de la Silicon Valley.

En bonus, une fresque de l’artiste Sirron Norris, repérée par Stéphane Schultz, fondateur de 15 Marches, dans les allées du quartier de Mission (cliquez pour voir en grand). Voici comment il nous a décrit cette image :

« Le robot Victorion défend les habitants (pauvres) du quartier de Mission contre les promoteurs qui veulent construire des appartements pour les bobos de la Tech (riches). Le bonhomme en bas à gauche écrasé par le pied du robot est sans doute un promoteur. Son téléphone dit ‘Preston, when are we building these condos?' »

En second bonus, allez lire ou écouter la chronique d’Olivier Tesquet sur Le Mouv (La Silicon Valley, un Moyen-Âge connecté), dans laquelle il évoque précisément ces « disparités qui évoquent un système féodal en wifi et posent cette question à tous ceux qui tournent avec envie leurs yeux vers la Californie : ‘avons-nous vraiment envie de devenir la Silicon Valley ?‘ »

Lire la suite sur Smart Cités, le fil urbain de Slate.fr

2 commentaires

  • La fresque est tout simplement sublime ! Est-il possible d’avoir une photo d’elle un peu moins zoomé de sorte à voir l’immeuble ou le mur sur lequel elle est peinte ?

    Continuez votre blog !
    Il est super intéressant

  • @cougar personnellement c’est la seule photo que j’ai prise de cette fresque. En revanche tu vas en trouver des dizaines sur Google Images en tapant » Sirron Norris + Victorion »

Laisser un commentaire