La portière hollandaise, quand les mobilités s’apaisent (Demain la ville)

Le 25 octobre 2016 - Par qui vous parle de , ,

Connaissez-vous la technique de la portière hollandaise ? Si ce n’est pas le cas, alors vous êtes comme la majorité d’entre nous – et la majorité des non-Hollandais, à vrai dire -, qui avons découvert cette expression au détour d’une vidéo publiée il y a peu, et largement relayée sur les réseaux sociaux. Cette technique, baptisée « Dutch Reach » dans ladite vidéo, gagne pourtant à être connue : elle contribue en effet à réduire l’accidentologie des cyclistes en villes… Un enjeu de premier plan, si l’on veut démocratiser l’essor des mobilités douces et donc apaiser nos rues !

L’art hollandais d’ouvrir sa portière

Mais commençons par le commencement : qu’est-ce que la « Dutch Reach », exactement ? Derrière ce nom de baptême un peu cryptique se cache en réalité une astuce particulièrement simple, mais pas simpliste pour autant : au lieu d’ouvrir la portière d’une voiture de la main gauche, comme il est de coutume dans la majorité des pays du monde, le conducteur hollandais est invité à l’ouvrir à l’aide de la main droite. Ce faisant, il force son corps à se tourner dans la direction de la route, lui permettant le cas échéant de voir arriver un cycliste… et ainsi de lui éviter de percuter ladite portière. Pour mieux comprendre ce geste aussi basique qu’efficace, rien ne vaut une vidéo :

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Laisser un commentaire

25 octobre 2016

Par