Le dresseur Pokémon est un urbaniste comme les autres (Demain la ville)

Le 29 août 2016 - Par qui vous parle de , , , , , , dans parmi lesquels ,

Difficile de passer à côté de Pokémon GO, le phénomène urbano-vidéoludique de l’été – et peut-être même de l’année. Sorti en juillet à travers le monde, ce jeu mobile marque un tournant dans la fabrique de la ville hybride – une ville dans laquelle le bit et l’humain ne font plus qu’un.

p4gif

Ces derniers temps, de plus en plus de personnes traversent les rues d’un pas lent, presque flâneur… Vous en avez forcément croisés autour de vous, peut-être même sans le savoir : déambulant les yeux rivés sur l’écran, changeant parfois de trajectoire de manière désordonnée, s’arrêtant çà et là devant des bâtiments bien banals en apparence. Comment expliquer ces gestuelles étranges, qui sont apparues dans nos villes depuis quelques semaines maintenant ? La réponse tient en deux mots : Pokémon GO. Officiellement sorti le 24 juillet en France, ce jeu mobile, qui permet de capturer les monstres éponymes dans « la vie réelle » grâce à la réalité augmentée, n’en finit pas de faire parler de lui. On vous épargnera d’ailleurs la litanie de faits divers qui inondent ces derniers temps les médias pour se concentrer sur ce qui nous intéresse ici : la prospective urbaine.

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Laisser un commentaire