Pourquoi le futur a un goût de Javel (Usbek & Rica)

Le 22 octobre 2015 - Par qui vous parle de , , ,

[…] Philippe Gargov plaide lui aussi pour l’aménagement de « villes plus agiles », à travers « l’introduction de méthodes telles que l’innovation de bouture, le hacking et les bricolages urbains, l’urbanisme éphémère, le recyclage de l’existant ». Contre la smart city exubérante, il soutient la mise en pratique « d’utopies pudiques à taille humaine ». Une vision qui se rapproche de celle du mouvement de « l’urbanisme tactique », né en 2005 sous l’impulsion du collectif Rebar, qui privilégie des interventions à une petite échelle, à court terme et peu coûteuses, pour bénéficier de retours d’expérience rapides et éventuellement pérenniser certains projets. On doit notamment à l’urbanisme tactique la création des parklets, ces réaménagements temporaires des places de parking. « Le parklet, c’est l’antipasti d’un futur possible », note Philippe Gargov. « Ca donne un avant-goût de ce que sera ta ville quand tu auras les moyens de réduire significativement la place de l’automobile. C’est du non-fini mais constructif pour le futur. » […]

Extrait de « Pourquoi le futur a un goût de Javel », par Blaise Mao, publié dans le n°13 d’Usbek & Rica (Septembre – Octobre – Novembre 2015)

17

Laisser un commentaire