Rendez-nous le futur ! (Demain la ville)

Le 2 décembre 2013 - Par qui vous parle de , ,

Et si le futur n’existait pas ?” La provocation est signée Transit-City en écho au titre d’un ouvrage au nom étrange : “Le futur n’existe pas : rétrotypes”, par le philosophe Elie During et le designer Alain Bublex (publication prochaine aux éditions B42). Comment faut-il entendre de ces formulations lapidaires et presque métaphysiques ? Et surtout, comment cela se traduit-il au niveau des tendances urbaines ?

Pour mieux comprendre le sens caché de cette assertion, il faut remonter aux origines de ce que nous appellerons ici “prospective urbaine”. Celle-ci est une discipline récente, aux croisements de la prospective territoriale et des sciences de la ville – urbanisme, architecture ou sociologie, bien évidemment, mais aussi disciplines plus récentes telles que le design urbain.

Longtemps, la prospective urbaine s’est appuyée sur les fondamentaux de ses “ancêtres”, en construisant des scénarios à moyen ou long terme – vingt, trente ou quarante ans. Le foisonnement de projets autour de telle ou telle métropole à l’horizon 2030-2040 témoignent du succès que rencontre encore cette méthode d’anticipation… malgré de nombreux écueils qui en limitent la portée.

Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

1 commentaire

  • Les historiens de demain percevront leur Histoire comme nous percevons la nôtre, c’est à dire comme une continuité. Or si l’Histoire est continue, cela signifie que le futur est prévisible… au moins dans une certaine mesure. Si nous ne parvenons pas à l’approcher, c’est que nous nous y prenons mal. C’est une question de concepts, de méthode, de biais cognitifs et de conditionnement.
    La futurologie doit se fonder sur des principes du même type que ceux qui construisent la continuité historique et comprendre que celle-ci ne livre pas facilement ses ressorts. Pourquoi le futur livrerait-il facilement les siens? Si la prévision souffre d’une tare, c’est en tout premier lieu la croyance qu’elle relève d’un processus de créativité brute, alors que l’intuition, si elle existe au final, ne peut émerger que d’une approche patiente et rigoureuse. Une méthode pour prévoir, c’est peut-être une des (“rares“) choses qui reste à découvrir… et il est passionnant d’essayer de le faire.

Laisser un commentaire

2 décembre 2013

Par