Friches déflorées, la ville reflorée ?

Le 18 juillet 2011 - Par qui vous parle de , , dans ,

Revitalisation urbaine au premier degré, la “masturbanité” en action :

Un peu NSFW, hein.

Via Le Tag Parfait

Pour aller plus loin, relire ce qu’écrivait Agnès Giard sur l’urbanisme émotionnel :

Les études “Soul of the Community” effectuées par l’institut de sondage Gallup entre 2008 et 2010 ont prouvé que la passion qu’on éprouve pour un endroit booste indirectement l’économie locale. […]

Citant l’exemple de la ville de Durham (Caroline du Nord), Peter Kageyama rappelle cette fameuse cérémonie de mariage, le 19 mars 2011, au cours de laquelle 1600 fiancé(e)s ont épousé non pas leur promis(e) mais la ville elle-même. Leurs voeux incluaient celui de ne rien jeter par terre, ni crachat, ni canette, ni papier sale; d’acheter dans les boutiques locales, de protéger l’environnement et de se rendre aux bureaux de vote pour choisir les élus locaux. L’événement avait permis de dégager 25 000 dollars de dons pour les associations d’entraide… C’est l’exemple de la plus grande union civique au monde.

No comment.

Laisser un commentaire