Nissan Qashqai récidive : flagrant délit de trouble à l’ordre public.

Le 18 novembre 2011 - Par qui vous parle de , , dans , , parmi lesquels , ,

J’ai toujours été fasciné par les campagnes Nissan Qashqai et leur slogan « Urban proof », qui présente – non sans un certain culot/cynisme – la voiture victime d’une ville toujours plus hostile à son égard – et qui le lui rend bien [sur ce sujet : Quand la voiture fait boum, ainsi que Le terrain de jeu d’une auto en panne de sens sur cette tendance du « survival racing » dans les jeux vidéo]. Ces campagnes Nissan sont d’ailleurs à mon sens l’un des meilleurs témoins des rapports croissant entre voiture et jeux vidéo (on y reviendra). Et surtout de la croisée de chemins devant laquelle se trouve le marketing automobile, puisqu’on y perçoit à la fois l’héritage d’imaginaires obsolètes (l’automobile surpuissante qui s’impose à la ville) et dans le même temps une certaine forme d’auto-ironie jubilatoire et salvatrice.

Le dernier spot de la série vient de sortir sur les tubes (diffusion TV prévue janvier prochain) et ne déroge pas à la règle. Le slogan choisi pour annoncer la campagne est d’ailleurs sans équivoque : « Nissan Qashqai is back in town… and is gonna mess with the city. Again. » Honnêtement, c’est superbe ; et comme à chaque fois, la moutarde me monte au nez.

On retrouve les ingrédients des précédentes campagnes : la ville s’anime pour tenter d’enrayer le mouvement d’une auto contrainte à slalomer entre les obstacles. Nouveauté de ce spot, ce sont ici des oeuvres de street-art qui s’attaquent à la Nissan. On remarque clairement l’influence de street-artistes à fort potentiel de buzz tels que Blu et ses oeuvres animées (presque 10 millions de vues !), et plus généralement la « marketabilité » du street-art. Et c’est franchement réussi graphiquement parlant, même si l’on peut reprocher une certaine infantilisation (volontaire) de ces dessins, que l’on croirait davantage sortis d’un Miyazaki que du cerveau dérangé de Blu.

Autre sujet intéressant, la fascinante séquence du looping en fin de spot. Vous avez dit TrackMania ? Et oui, encore et toujours TrackMania, qui aura été à mon sens la meilleure source d’inspiration pour renouveler l’imaginaire automobile. Je ne vais pas insister là-dessus, mais sachez que ce jeu était à l’honneur de mon premier « vrai » billet sur ce blog (il y a maintenant plus de deux ans, ça ne me rajeunit pas), et que j’y écrivais ceci :

Sans le vouloir, Trackmania désacralise la mythologie de l’objet automobile. La voiture s’auto-parodie en sublimant ses excès, pour n’être plus au final qu’un jouet manipulable à l’envi. Et si c’était ça, le futur de l’auto ? [voire aussi : Quand TrackMania inspire MINI]

Rien n’a changé, si ce n’est que les références à TrackMania et à la « désacralisation automobile » se font de moins en moins subtiles, pour mon plus grand bonheur. Parce que je vénère TrackMania, et que c’est toujours plaisant de se dire qu’on ne s’est pas tant planté que ça…

Enfin bon… Je ne commenterai pas davantage ce spot Nissan, pour la simple et bonne raison que je l’ai déjà assez fait dans de précédents billets sur le renversement (nécessaire) des imaginaires automobiles, et que je ne voudrais pas vous matraquer la tête davantage ;-) (d’ailleurs, je m’excuse pour tous ces retours aux sources, mais le sujet me tient définitivement à coeur…)

N’empêche, j’ai toujours autant de mal à voir la voiture se plaindre de l’hostilité urbaine – bien que cela soit en partie justifiée -, comme si elle n’avait rien à voir là-dedans… Tchip. Plus grave, je ne comprend comment Nissan peut oser déclarer que la Qashqai vient « se frotter à la ville« . Si j’étais La Ville, je porterais presque plainte pour diffamation et trouble à l’ordre public !

Hum. Ca faisait bien longtemps que je n’avais pas parlé d’automobile, et ça commençait à me démanger.

11 commentaires

  • Pour info, l’artiste dont les illustrations attaquent la caisse n’est autre que Mc Bess.
    Excusez du peu !

  • Je ne savais pas qu’il y avait des loopings en ville. C’est vrai aussi que je rencontre régulièrement des grosses boules de peinture sur la route qui se jettent sur moi pendant que j’emmène mes enfants à l’école, et je dois aussi éviter des chariots élévateurs qui surgissent de partout, bien sûr. Grâce à la peur généré par la pub Nissan, j’achète donc un blindé démesurée pour ‘protéger’ ma famille contre cette dangereuse ville qui nous entoure, et parer à toute éventualité y compris invasion extraterrestre ou autre fantaisie de marketeux. En achetant la voiture la plus inadapté à la ville donc, je ‘protège’ ma famille (en accroissant les risques sur les autres, masse imposante, freinage plus longs, sentiment de toute puissance), et je soutiens la demande pour des voitures énormes la où nous avons besoin de véhicules de taille plus raisonnable pour circuler en ville et réduire la consommation de carburants fossiles.

    Ce n’est pas en achetant des voitures toujours plus grosses que nous allons réduire notre impact sur le monde de nos enfants. Votez avec votre argent, écoutez la raison au lieu d’avaler tout cru les conneries de publicitaires…

    Coluche: Il suffirait que les gens arrêtent d’acheter de la m*%de pour que l’on en fasse plus.

    Cela étant dit, j’adore le jeu Trackmania.

    • Commentaire intelligent, mais si jamais vous estimez que je fais partie de ceux qui « avalent ces conneries », c’est que vous l’êtes beaucoup moins et que vous n’avez pas compris le propos du texte, ni lu ses prédécesseurs…

      Bien cordialement quand même, TrackMania vous pardonne.

  • C’est bizarre, mais si la version longue de la pub donne en effet cette impression de la voiture contre la ville, la version courte qui passe à la télé (ou juste avant les vidéos des résumés de matchs de foot sur le site de Canal+) donne l’impression inverse d’une ville (du street art) aidant la voiture à se frayer un chemin dans la ville jusqu’à finir par la photographier à la toute-fin. Dans cette version courte, la ville semble au contraire fascinée par le Qashqai et lui ouvrir une sorte de tapis rouge (notamment en détruisant le mur contre lequel la voiture s’exploserait sans l’aide des oeuvres de street-art).
    Amusant tour de force que de réussir à créer une pub disant une chose et son opposée selon son montage.

  • Philippe, mon commentaire n’était pas du tout « à charge » contre vous, mais plutôt contre ces publicités qui mettent l’agresseur à la place de la victime( comme vous le dites d’ailleurs).
    Je suis un fervent défenseur de l’idée de voter avec son argent, et en achetant un qashqai le message que l’on m’envoie au constructeur est le suivant: Oui, continuez à fabriquer des voitures encore plus grosses pour circuler en ville, allons y, continuez à augmenter le rapport personne transporté/volume occupé.
    Quand je px j’emmène ma fille chez la nounou en vélo , et je me sess plus vuérable face à ces suv conduites par des gens distraits baignant dans un faux sentiment de sécurité, que face à des voitures plus petites moins arrogantes.
    À la limite, je préfère quelqu’un qui roule en vrai 4×4 en ville et qui assume le fait de vouloir détruire notre environnement plus qu’un autre, plutôt que les gens roulant en faux baroudeur dès villes(duster/qashqai/juke) qui vous soutiendront que « nan, c po un katkat, ah! » tout en étant dans l’impossibilité de justifier le besoin d’avoir un blindé.
    En général c’est : » ah ben j’aimais bien le look. » Si on choisis sa voiture sur le critère esthétique, il ne faut pas se plaindre du prix de l’essence. En votant avec notre argent, en choisissant toujours la voiture la « moins pire » en termes de pollution/consommation PAR RAPPORT À NOS BESOINS, BIEN SÛR, on tire le marché vers le haut.
    Acheter un SUV, même quand elle à une « pub rigolote », c’est tirer le marché vers le bas, c’estun « vote » pour une ville remplie de véhicules surdimensionnés.
    Cordialement.

    • Merci pour ce complément ! Je m’excuse pour mon commentaire sur la défensive, et je réitère mon propos de départ : « commentaire intelligent », et je partage votre avis, en bon piéton que je suis.

  • Au risque de dévier un peu du sujet (ou pas) j’aimerai faire part ici d’une chronique oubliée de tous (ou presque).
    qashqai et mini n’ont pas été les seuls , Opel avait déjà vu la possibilité de rafraichir son image grâce au jeu vidéo et plus particulièrement grâce a Trackmania.

    Après une petite investigation je crois avoir démêlé toute l’affaire, la voila :

    Il y eut dans un premier temps une opération marketing de très petite envergure accompagnant le magazine Auto sport de mai 2006 (une demo de trackmania sunrise Xtreme edition avec des skins de base de zafira, astra etc retrouvables d’ailleurs ici http://www.trackmania-carpark.com/car.php?id=406 )
    http://auto-cars.skyrock.com/454378822-Auto-Mag-Sport-Auto-n-532-Mai-2006.html .

    Par ailleurs, très certainement pour accompagner cette demo, un projet de vidéo a été demandé par nadeo/focus a Starbuck, un joueur passionné travaillant dans la création de vidéo et ayant déjà été enrôlé par nadeo (avec d’autres) pour la création du trailer de l’extension Xtreme de TM sunrise.
    http://stephan.legac.free.fr/blog/index.php/Videos/p9

    Suite a tout cela, en septembre de cette même année, une nouvelle campagne de pub opel astra voyait le jour, dont voici un extrait.
    http://www.dailymotion.com/video/xbkj7_opel-astra-danse_fun

    La ressemblance, flagrante n’a échappé a personne :
    http://www.dailymotion.com/video/xe3g6_opel-vs-trackmania_videogames

    Et sans aller dans la dénonciation d’un quelconque plagiat, cette petite anecdote montre bien que le sujet est présent depuis un moment et commence a s’ancrer, petit a petit.

    Sur ce je m’en retourne a ma découverte de ce site qu’il est bien

Laisser un commentaire

18 novembre 2011

Par