Plus mobile la vie

Le 12 mai 2011 - Par qui vous parle de , dans parmi lesquels Tags : ,

Vous avez tous vu cette scène dans un film ou une série des années 90-2000 : un personnage profite du départ de son interlocuteur pour tenter de voler des documents confidentiels sur une clé USB. Vous l’avez en tête ? Eh bien souvenez-vous en, car elle ne devrait bientôt plus apparaître sur vos écrans. J’en prends pour témoin la grandiose fresque française Plus Belle La Vie, et plus précisément l’épisode de mardi dernier (10/02/11).

On y découvre le sourcilleux Frémont (un méchant) profitant furtivement du départ de son interlocutrice pour télécharger à son insu des documents… depuis son mobile vers le sien ! (grâce à une application de type Bump qui permet l’échange de data par simple contact entre les deux appareils)

Anecdotique ? Pas tant que ça. Comme je l’expliquais à propos d’une scène de la série Community, on assiste ici au remplacement d’un imaginaire visuel (la clé USB) par un autre (le mobile), témoignant d’un changement de paradigme dans les usages désormais bien connu : le mobile est devenu, en quelques années à peine, le pivot central de nos mémoires numériques (cf. Bruno Marzloff). Vive l’homme-cyborg !

Cela est d’autant plus vrai que Plus Belle La Vie est une série bien plus « mainstream » que Community, et se doit donc de refléter les pratiques réelles de la population (et non pas celles de quelques urbains trop connectés ^^). Riche d’enseignements, donc… (ou comment justifier ses goûts douteux en matière de séries :D)

Pour les plus courageux qui voudraient regarder l’épisode en entier, cliquez ici, la scène en question est à 20’20 environ ;-)

————

Ce billet est évidemment dédicacé à celles et ceux que j’ai épuisé en tentant de leur expliquer pourquoi PBLV était une série snob et hipster qui méritait d’être défendue :D Ainsi qu’à Edwd, sans qui je n’aurais pas vu cet épisode ; je ne suis pas aussi fidèle que lui, faut pas abuser !

3 commentaires

Laisser un commentaire

12 mai 2011

Par

qui vous parle de