Posts Tagged “Sim City /”

[Seconde figure de la ville vidéoludique, après l'anatomie de la ville-décor : la Sim City évoque évidemment des sujets abondamment traités dans ces colonnes autour du couple Smart City VS Clever City. Article original à lire sur l'excellent magazine de la Gaîté Lyrique, qui accueille ces six chroniques durant l'été !]

-

Nous l’avons vu dans la précédente chronique, la « ville-décor » a profité des années pour tendre vers une simulation toujours plus poussée des urbanités, au point de presque se confondre avec la réalité. Pour autant, il ne faudrait pas oublier qu’une autre figure urbaine jouait, dès les premiers pas du jeu vidéo, sur ce créneau de la « simulation de ville »… cette fois au sens littéral. La ville simulée n’est pas ici cantonnée à un décor non-manipulable : au contraire, elle est au cœur du jeu et du gameplay, qui en prend même directement le nom.

Vous l’avez reconnue, la figure de la « Sim City » sera à l’honneur dans ce second décryptage : « simulation de ville » ou « ville simulée », la nuance est floue, et annonce d’intéressantes incidences sur les représentations réelles de l’urbanité contemporaine.

La fabrique de la ville (et plus si affinités)

Sorti en 1989, SimCity a donné ses lettres de noblesses au jeu vidéo en façonnant un genre à part entière : lecity builder, qui comme son nom l’indique, propose au joueur de prendre en main la destinée d’une ville à partir de rien. Le succès du jeu est inouï, et a depuis donné lieu à de nombreuses itérations, de SimCity 2000 (1993) à SimCity Societies (2007), sans oublier le prochain épisode fraîchement annoncé à l’horizon 2013.

Plus encore, le jeu a contribué à l’essor d’autres simulations à dominante urbaine (à défaut d’être véritablement urbanistiques), en particulier les jeux de management des mobilités : on pensera par exemple à Cities in Motion, simulation de réseau de transports urbains, sans oublier les célèbres simulation de vie dérivées du jeu original, les Sims. N’oublions pas non plus la concurrence directe sur ce créneau du pur city builder, à l’image de Cities XL qui espère bien, comme tant d’autres avant lui, se faire une place face au mètre-étalon SimCity. La liste est évidemment non-exhaustive, tant les jeux se sont multipliés et diversifiés depuis le premier SimCity

De ce foisonnement de titres, que retenir ? Avec la montée en puissance des processeurs, les simulations se sont complexifiées, au point de rivaliser de réalisme avec leurs homologues du monde réel.

C’est ce qui amène Erwan Cario à évoquer une ville conçue « comme système complexe » dans la typologie qu’il avait proposée lors d’un atelier Transit-City sur le sujet, et dont nous nous inspirerons directement dans cette série de chroniques. La Sim City a en effet le goût et l’apparence de cette complexité qui fait le sel de la ville réelle. Mais la simulation de ville n’a de complexe que le nom, conséquence logique des limites inhérentes à un jeu par définition « pré-programmé ».

{ Lire la suite }

Comments Pas de commentaire »

Décryptage du dernier spot de la MINI Countryman :

La vidéo s’inspire clairement du film « The Italian Job » (version 1969, bien plus que de son récent remake)1. Tout y est : l’étroitesse des rues italiennes, les chorégraphies emballées de Mini… Je vous laisse comparer avec la célèbre scène de getaway qui conclue le film original :

A cette référence évidente s’en ajoute une autre, plus subtile, surtout pour qui n’est pas familier de jeux vidéo automobiles. C’est un tweet de @tidamz qui m’a mis la puce à l’oreille : « Une pub Mini qui fait fortement penser à Trackmania ». En effet, le spot semble profondément marqué par Trackmania, jeu de course bien à part notamment connu pour sa « non-gestion » des collisions entre voitures. Je sais, je sais, ça ne parle pas forcément à tout le monde. N’ayez crainte, la vidéo du « Trackmania 1k Project » saura vous décrire cette spécificité mieux que moi !

{ Lire la suite pour se faire un avant-goût du néo-mythe automobile }

  1. « L’or se barre » en version française, que je recommande évidemment chaudement à tous les amateurs d’humour british et de Michael Cane jeune. []

Comments 4 commentaires »