Archives pour juin 2010

Quelques travaux des « paper architects » russes Alexander Brodsky et Ilya Utkin. Plus d’explications ici, ou (j’avoue ne pas connaître suffisamment le sujet pour vous en parler davantage) :

« The group Paper Architects was created in Moscow to protest against all this ideas in a moment where the architectural practice was corrupted by the tedious standardized production, and a barren ideological legacy in the late 1980s.

While the generation of the 1960s used architecture to improve reality, the paper architects of the first decade after perestroika withdrew into the beautiful, magic world of paper architecture, opposing official Soviet architecture through their neo-constructivist designs, deconstructive or historicist replicas, and postmodern contextualizations. » (via)

Laissez rêvez les p’tits papiers…

{ Lire la suite pour s’envoler… }

Comments Pas de commentaire »

Google Street View, c’est bien. Le détourner, c’est mieux ! Si certains, plus sportifs, choisissent de faire leur footing en combinant Wii Fit et Street View, d’autres préfèrent l’option culturelle en relocalisant les pochettes les plus célèbres du rock anglais dans les rues numérisées de Londres.

Oasis, Bowie, Madness ou les inévitables Beatles d’Abbey Road sont au programme… Il ne tient qu’à nous d’en trouver d’autres dans la chanson française.. ou le rap !1

beatles-streetview

Via (e)space & fiction, dont la lecture est toujours aussi sympathique et de facto conseillée :-)

  1. Je dois avouer avoir rêvé de monter un tel site il y a quelques temps… Quelle musique parle mieux de la ville que le double H ?!! []

Comments Pas de commentaire »

« Colore le monde », chantent Les Innocents. Mais voilà, personne n’est innocent lorsque l’on parle de misère urbaine, et surtout pas les acteurs de la ville qui s’évertuent à appliquer cette belle candeur au pied de la lettre.

Dans son dernier billet, Transit-City évoque ainsi deux exemples navrants, l’un au Mexique (la ville d’Ixtapaluca, dans la banlieue de Mexico), la seconde dans une favela carioca, par le collectif Favela Painting (ne les accablons quand même pas trop, ça part sûrement d’un bon sentiment). Résumé en un mot : « quand une certaine misère urbaine, réelle ou conceptuelle, tente de se cacher sous des flots de couleurs criardes ». Tout est dit.

{ Lire la suite… }

Comments 3 commentaires »

[Note de Philippe : Premier auteur invité sur pop-up urbain, Game A (du blog La faute à la manette) a gentiment accepté que soit repris ici son billet "En vert et contre tous", une superbe leçon de "pop-urbanisme" dans laquelle Game A explore l'aménagement urbain de Santa Destroy, ville imaginaire tirée du jeu vidéo No More Heroes.

Le billet original est à lire sur La faute à la manette, dont je vous recommande évidemment la lecture. N'hésitez d'ailleurs pas à jeter un oeil aux autres billets classés sous le tag "La Vie VS les jeux vidéo", toujours géniaux. Et surtout, surtout, courez vous familiariser avec la petite géographie de South Town, charmante bourgade servant de décor aux jeux Art of Fighting et Fatal Fury. Pour faire simple, c'est l'un des billets qui m'a le plus inspiré dans la construction de pop-up urbain, rien que ça.]

santa_0

Que c’est pénible, les jeux où l’on ne peut pas sauter. Le moindre parapet devient un mur infranchissable qui peut nous interdire des pans entiers de niveaux.

L’obstacle n’avait pourtant rien d’une lourde porte. On peste alors contre la cécité du personnage et les manques du gameplay, comme ici dans No More Heroes, où l’on doit contourner les jardinières.

Au moins, dans la vraie vie, ces petits obstacles, on les franchit.

On les enjambe si souvent en effet, ces murets. On coupe tellement à travers les pelouses dans la vraie vie… Croit-on.
Car en est-on bien sûr ?
Pour une personne qui traverse une pelouse, combien qui la contournent ? La disproportion serait sans doute étonnante : la fonction esthétique est loin d’être la seule des espaces verts et du “mobilier urbain”.

{ Lire la suite… }

Comments 2 commentaires »

Déambuler dans les rues de « sa » ville sans être ralenti par les touristes, les badauds, les poussettes et les vieux… Vous en rêviez peut-être ? Les performers d’Improv Everywhere l’ont fait !

Une file pour les touristes, une autre pour les « natifs » : le tour est joué, séparant les piétons [supposés] les plus lents des autres, aficionados de la vitesse sur bitume. Et quel meilleur terrain de jeu que New-York pour expérimenter cette segmentation de la chaussée ?

On rigole, on rigole, mais on en est finalement pas si loin. Doit-on sacrifier la nature conflictuelle/interactive de la ville sur l’autel de la fluidité ? Un peu partout dans le monde, les segmentations modales ressuscitent les fantasmes fonctionnalistes d’Harvey Wiley Corbett (cf. un de mes derniers billets Chronos : Ma ville en l’air) ; au point que certains n’hésitent pas à parler « d’apartheid spatial »  pour évoquer cette « sectorisation des déplacements » (entendu lors d’un atelier du Certu consacré au partage de l’espace public).

Excessif ? Certainement, mais peut-être suffisamment pertinent pour que l’on cherche un juste milieu entre apaisement et coexistence des flux.

Et puis finalement, ne peut-on pas trouver du plaisir dans le slalom urbain ? ;-)

Comments Pas de commentaire »

Chers lecteurs, fidèles ou de passage,

Je viens d’ouvrir une page facebook dédiée au collectif pop-up urbain, sur laquelle je diffuserais chaque jour quelques brèves piochées sur la toile (garanti sans spam), illustrant notre intérêt commun pour le pop-urbanisme.

J’essaierais par ailleurs d’organiser quelques sorties collectives, histoire que l’on se rencontre irl ! Bientôt prévue, la visite de l’expo « La ville dessinée », consacrée aux imaginaires urbains dans la bande-dessinée (une thématique déjà abordée ici, ou )

Enfin, je vous tiendrais au courant des activités du collectif pop-up urbain : concours d’architectures ou projets divers, quand ils sortiront.

Bien sûr, vous pourrez participer en proposant vos liens, vos idées, vos questions… C’est un peu le but premier, à dire vrai !

Bref, rejoignez la petite communauté montante du pop-urbanisme en cliquant sur ce lien puis sur Like pour vous abonner ;-)

Comments Pas de commentaire »