Archives pour janvier 2012

Début janvier, Chronos a inauguré son blog avec un billet enchanteur, à base de métaphores poissonnières sur l’écosystème des mobilités urbaines. Le principe : « l’observation de nos amis de la mer pourrait nous en apprendre sur certains comportements repérés chez une variété d’homo urbanus mobilis apparue à l’ère actuelle du Cénozoïque : le skateur. »

Commentant la vidéo d’un skateur new-yorkais new-yorkais slalomant entre les bus et les voitures, Julien Gaffiot se saisit alors de la figure du poisson-pilote pour illustrer cet étrange ballet :

Le poisson-pilote à ceci de particulier qu’il est un des rares de son gabarit à cohabiter avec de grands prédateurs sans compromettre sa sécurité et en profitant de la force des ondes hydrodynamiques générées par ses cousins pour favoriser sa propre locomotion.

L’analogie fonctionne : lancés sans protection à vive allure au sein des flux mécaniques, zigzaguant avec adresse entre les mastondontes d’acier, saisissant la carapace de l’un d’entre eux pour se propulser un bref instant, prenant appui sur une autre pour corriger sa trajectoire, sautant légèrement au-dessus des obstacles de chaussée qui contrarient sa lancée, le skateur se réapproprie avec grâce l’énergie produite par ses prédateurs potentiels, qui en deviennent les alliés d’un trajet.

Et de conclure sur le changement de regard qu’autorise cette analogie pertinente concernant la place du skateur dans l’écosystème urbain :

Faut-il militer pour la réinsertion de cette espèce dans un milieu urbain adapté ? La question mérité d’être posée, d’autant qu’elle nous permet d’interroger sous un angle original l’organisation de l’écosystème routier de nos villes ainsi que la domination de la voiture, reine de la jungle décidément peu partageuse de son espace vital.

Je n’aurais pas su mieux dire. Outre sa poésie, cette métaphore résonne avec celle de la « ville-aquarium »brièvement abordée ici pour évoquer la « ville liquide ». On repense ainsi aux superbes illustrations bruxelloises des Baleines publiques, où le poisson-pilote aurait toute sa place, aux côtés des poisson-chats et autres requins des bas-fonds.

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

Comments 2 commentaires »

[Quatrième décryptage de ce qui fait la ville agile, rédigé pour le Groupe Chronos. On se remonte les manches et on plonge les mains dans le cambouis du mobilier : câbles, infratructures, etc. Comment intégrer l'agilité dans l'ADN de la ville ?]

-

Le plus grisant des « villes agiles », c’est de dépasser les morphologies urbaines préexistantes. Plus elles sont rigides, plus les métamorphoses apparaissent remarquables, qu’il s’agisse d’occuper l’espace laissé vacant par l’automobile avec les parklets, d’augmenter la ville en lui greffant des bidouillages inspirés de la culture hacker, ou de détourner des containers tombés en désuétude. Ces exemples présentent deux curiosités (ou encouragements à la créativité des « agilités »). Il s’agit d’abord de propositions éphémères et souvent plus ludiques que fonctionnelles. Au risque de se répéter : « La ville agile doit-elle nécessairement se construire ‘en CDD’ ? » Imposer l’agilité dans l’ADN même de la ville serait autrement plus classe, non ? Ce sera l’objectif de cette quatrième chronique.

L’autre curiosité tient à la malléabilité des objets urbains remodelés : espaces vacants, mobiliers orphelins, etc. Mais que faire lorsque l’on souhaite s’attaquer au mobilier urbain arrimé à la ville ? L’émergence de la ville et numérique (ou « 2.0 », ou « hybride », ou « intelligente », ou « astucieuse », ou « servicielle »… biffez les mentions inutiles !) souligne avec fracas les limites temporelles du mobilier urbain et leur servitude aux infrastructures lourdes (réseaux de transports, de câble, etc.). Si une poubelle – un panneau, un banc public… (biffez… bis) – s’adapte, se transforme, se recycle, la logique est complexe quand il s’agit d’un mobilier voué à s’incruster dans la ville, au même titre que le bâti ou les infrastructures de transport.

Lire la suite sur Trajectoires Fluides, le blog du Groupe Chronos

-

Retrouvez aussi les précédentes chroniques :

 

Comments Pas de commentaire »

Peu de campagnes publicitaires réussissent à véritablement décrire avec (im)pertinence le monde urbain qui les entoure, dans ses infimes complexités, de manière consciente ou non. En termes de marketing automobile, j’avais déjà souligné les qualités des spots Nissan Qashqai, malgré leur discours vicieusement subversif. Hors du secteur auto, de telles campagnes sont malheureusement plus difficiles à trouver. Nombreux sont les spots qui mettent la ville en scène (exemples ici ou ), mais peu dépassent le « one-shot », ne permettant donc pas d’illustrer de manière globale les dernières tendances urbaines.

Les récents spots Samsung (notamment pour la tablette Galaxy Note, mais aussi pour le smartphone Galaxy), font partie de ces raretés qu’il convient de décortiquer. Non pas pour leurs qualités intrinsèques, mais pour la foule de détails qui contribuent à raconter une certaine réalité du paysage urbain contemporain… mais aussi à la légitimer, pour le meilleur et pour le pire.

Ce ne sera pas exactement l’objet de ce billet, mais il convient de discuter cet effet performatif de la publicité, qui témoigne d’un côté d’une tendance émergente, et dans le même temps l’impose dans l’imaginaire collectif. Ou, comme l’écrivait Greimas : « La figurativité n’est jamais innocente« …1

Il ne s’agira pas non plus de critiquer les publicités ou leurs publicitaires, mais d’analyser ce qu’elles racontent de la ville, et c’est cela qui pourra être critiqué. Décryptages en quatre spots commentés (une seconde partie suivra, consacrée à d’autres spots récents de la même marque, proposant une vision parallèle).

-

Au départ, ce n’est qu’une pub de plus, pour un smartphone de plus, probablement entrevue au détour d’une émission hautement intellectuelle. On y jette quand même un oeil, par acquis de conscience professionnelle : parce que la vie mobile est l’un des sujets fondamentaux de ce blog, et la publicité l’une de ses matières premières. On se retrouve alors devant cette pub particulièrement fade, au scénario éculé : un cadre sup’ doit aider un collègue à faire une présentation à distance, depuis son smartphone-tablette, afin de prouver les capacités techniques de l’appareil. Booooooring. Et puis, au détour d’une image, un détail attire l’oeil expert, jamais en sommeil malgré la platitude du spot.

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

  1. merci @ehooge pour la piqure de rappel ! []

Comments 5 commentaires »

[Note de Philippe G. : nouveau contributeur invité sur ce blog, merci d'accueillir Adrien Saumier (@adsaum), qui se définit lui-même comme "Francilien du Grand Paris, militant écolo (Verts puis EELV) depuis 2000, et amoureux de science-fiction ; urbain, donc aime imaginer la ville de demain".

L'idée de ce crosspost est venue de la lecture d'un de ses billets sur "la revanche du piéton-cyborg", un sujet très 'pop-up' que je n'ai paradoxalement pas du tout traité ici (je laisse la main à Transit-City)... Adrien a gentiment accepté ma proposition de republication, et c'est sa sa tribune rédigée sur Novo Ideo1 que je reprends ici.

Vous serez en terrain connu, oscillant entre ville agile et ville augmentée, mais avec un autre regard que le mien2 . Je ne partage d’ailleurs pas forcément tous ses avis (notamment sur la réalité augmentée), mais c’est justement ce qui fait l’intérêt de la republication… d’autant plus qu’elle offre un regard clair et précis sur le sujet3. Bonne lecture !]

-

Tentons une prospective à court et moyen termes des évolutions possibles de la ville. Pas de grande révolution, mais des petites touches, des évolutions, des inventions qui changent l’univers urbain en profondeur.

Parlons du piéton dans un premier temps, injustement oublié dans les prospectives habituelles qui se concentrent souvent sur les transports motorisés. Enchaînons ensuite sur une série d’innovations pour « hacker » la ville.

Le piéton augmenté, ou piéton 2.0

Avec la fin du pétrole bon marché, on peut raisonnablement espérer la fin des voitures individuelles d’une tonne au sein des villes. Les petits véhicules devraient devenir roi et surtout, surtout, le piéton reprendre sa suprématie. Mais pas comme il y a 150 ans, car l’électronique, la robotique et les Japonais sont passés par là.

Le piéton est souvent le grand oublié des politiques de déplacement urbain. Les ingénieurs, urbanistes et politiques pensent aux routes et à la chaussée (tout le temps), aux pistes cyclables (de temps en temps), aux voies de bus (parfois). Mais il arrive souvent que pendant les aménagements voire après les travaux le piéton soit contraint à de grands détours, à cause d’un rond-point, à cause d’un passage piéton 20 mètres en contrebas d’un carrefour, de double-sens exotiques… Même si la tendance s’inverse quelque peu depuis une dizaine d’années (voies piétonnes, zones 30…).

En 2008, un article d’Ecopolit par Antoine Astruc annonçait la revanche du piéton, et donnait trois objectifs pour une ville agréable, accessible et désirable pour les piétons :

  1. Se donner comme objectif de rendre toute la ville accessible au piéton.
  2. Admettre que le piéton est un très bon moyen de se déplacer.
  3. Assumer le fait qu’une telle politique risque de changer la ville.

Nul besoin de modification massive de Plan de déplacement urbain (PLU) ou de concours international d’architectes-sur-le-retour à lancer, il s’agit simplement de prendre en compte la manière la plus écologique et économique de se déplacer : trottoirs accessibles PMR (personnes à mobilité réduite) partout y compris en périphérie, chemins pensés pour le piéton en premier lieu, densification de la ville, itinéraires rendus agréables en évitant les no man’s land désagréables à traverser…

Cependant, avec une Europe qui vieillit, ainsi que les normes d’accessibilité toujours plus drastiques, n’est-il pas illusoire de rendre toute la ville accessible et assez dense pour penser se passer de véhicules motorisés ?

La revanche du piéton cyborg

Une nouvelle technologie est apparue récemment : la « cybernic », mélange de cybernétique, de robotique. Elle fera (re)marcher des personnes qui ne peuvent pas, ou plus. Et réconciliera les impératifs de déplacements urbains doux et les normes d’accessibilité.

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

  1. Plateforme alimentée par des contributeurs bénévoles promouvant les idées écologistes et sociales, progressistes et humanistes. []
  2. Note de Philippe G. : Mon ambition étant de faire de [pop-up] urbain un think-tank pluri-disciplinaire à part entière… []
  3. Note de Philippe G. : Ce qui est une très bonne chose, si j’en crois le récent mail de ma chère mère, qui trouve que je ne suis pas suffisamment pédagogue lorsqu’il s’agit expliquer au « grand public » ce que sera cette fameuse « ville augmentée »… Elle devrait trouver son bonheur avec cet état des lieux exhaustif et illustré, et j’espère que ce sera aussi votre cas. Merci Adrien, et bisous maman ! :p []

Comments Pas de commentaire »

Parfois, parfois, la réalité dépasse une fiction tellement prévisible, qu’on pensait sincèrement que personne ne serait assez con pour la concrétiser un jour. L’avantage, dans ces moments de facepalm, c’est que tous les contre-arguments servant à démontrer la stupidité d’une telle « innovation » sont déjà prêt-à-l’emploi depuis des années, grâce à quelques prospectivistes plus avisés que leurs collègues inventeurs.

De quoi s’agit-il cette fois-ci ? d’une application a priori très louable : un système GPS spécialement destiné aux piétons, dont Microsoft vient d’obtenir le brevet (pourtant déposé en 2007). Ce qui en soi une excellente chose si l’on souhaite véritablement développer la marche urbaine, parent pauvre de la navigation augmentée – malgré quelques tentatives intéressantes n’ayant malheureusement pas la force de frappe d’un tel géant. Sa spécificité ? Le système permettra ainsi d’optimiser la recherche d’itinéraires grâce à l’intégration de diverses données géotaguées :

Microsoft a donc conçu un système capable d’ajuster l’itinéraire d’une personne en fonction de différents facteurs comme la possibilité de spécifier un point d’arrêt. Le calcul est effectué en fonction de l’historique des déplacements de l’utilisateur mais également en recueillant plusieurs informations périphériques comme la météo locale, les statistiques de criminalité ou des données démographiquesrelate Clubic.

Vous avez sûrement tilté, comme moi, sur ces dernières informations… Des statistiques de criminalité, vraiment ? Les médias ont sauté sur l’occasion. Jamais en panne d’inspiration, 7sur7 pose ainsi les pieds dans la platitude, en annonçant dans son titre la vertu fondamentale de l’application : « éviter les quartiers chauds »1, pour le pauvre piéton sans défense que l’on vous suppose être.

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

  1. Et bien évidemment, on parle des quartiers chauds les moins « chaleureux »…  Parce que malheureusement, personne ne s’est encore décidé à créer un vrai GPS pour trouver des quartiers rouges ! cf. aussi Du fantasme à la carte []

Comments Un commentaire »