Archives pour la catégorie “Partages”

Envahissant quelques rues parisiennes, « d’étranges passages piétons » intriguent depuis l’été 2013 riverains, piétons, automobilistes et médias. Ces clous d’un nouveau genre indiquent en fait des « zones de rencontre » entre piétons et véhicules motorisés, celle-ci se traduisant concrètement par une limitation de vitesse à 20km/h pour les conducteurs, voire « l’extension » d’une zone 30 préexistante.

Expérimentés dans de multiples arrondissements de Paris, ces nouveaux modes de signalisation des zones d’apaisement urbain supplantent parfois nos bons vieux zèbres, mais occupent le plus souvent des lieux initialement dépourvus de tout peinturlurage. De quoi interroger les usagers de tous bords ! De quoi nourrir, aussi, de stimulantes réflexions sur ces étranges objets urbains, trop souvent oubliés des démarches d’innovation. Actuellement, 137 km de voies parisiennes ont été passés en zones 30 ou 20 km/h.

Afin de mieux comprendre la démarche et le projet, nous avons interrogé Alain Boulanger, responsable « Partage de L’Espace Public » à la direction de la voirie et des déplacements. Il nous a ainsi expliqué les origines du projet, ses réflexions liminaires, son déroulement et ses ambitions futures.

Lire l’interview sur Trajectoires Fluides, le blog du Groupe Chronos

Comments Un commentaire »

C’est en errant sur Twitter la semaine dernière que nous sommes tombés sur une énième conversation lancée par la blogueuse étiquetée “féministe” (ce n’est pas son unique engagement), Mar_Lard. Les débats auxquels elle participe sur les réseaux sociaux soulèvent bien souvent des questions piquantes de discrimination. Cette fois, la discussion abordait plus ou moins directement un bouquet de thèmes qui nous sont chers tels que la place des femmes dans l’espace public, et plus précisément les incivilités teintées de machisme.

La polémique est partie de remarques sur les codes sociaux sexistes attribués à certains gestes du quotidien : les femmes se tiennent les jambes croisées, les hommes les jambes écartées. Pour faire simple, un homme croisant les jambes est catalogué “efféminé” depuis la petite école ; une femme se tenant les jambes écartées est jugée ou bien “masculine” (vulgaire) ou bien “aguicheuse” (surtout si elle porte une jupe)… Les messages qui s’en sont suivis ont alors pointé du doigt une question qui nous concerne plus directement : celle des incivilités dans les transports publics. [Voir une sélection de tweets ici]

parodie-de-la-publicite-ratp
Lire la suite »

Comments 8 commentaires »

Le quai de métro fait partie de ces innombrables objets urbains sur lesquels l’innovation ne se penche que trop rarement. Il y aurait pourtant fort à faire dans ces espaces tellement spécifiques, et dans le même temps particulièrement génériques (quelques exemples à travers le monde). Parce qu’ils sont une sorte de rue à l’échelle réduite, les quais de métro se révèlent en effet d’intéressants laboratoires pour inventer l’espace public urbain de demain. Encore faut-il se pencher d’un peu plus près sur ces quais, qui traversent les décennies sans jamais prendre de rides.

Droit d’inventaire

Le quai de métro se prête volontiers à l’innovation. Le grand nombre de contraintes qui pèsent sur ces portions de territoire explique cela : espace souterrain et particulièrement restreint, dangerosité des voies, densité de population et variabilité de l’affluence… autant de facteurs qui obligent à trouver des solutions toujours plus créatives.

State St. Subway Chicago (1941)

Pour mieux le comprendre, il apparaît nécessaire de faire l’inventaire de tous les équipementsqui parsèment un quai de métro, des plus rigides (compteurs électriques, téléphones de sécurité, panneaux d’informations…) aux plus agiles (distributeurs de boissons, poubelles…), en passant par le mobilier évolutif et potentiellement modulable (bancs et sièges à l’empreinte variable, installations éphémères…). A chacun de ces équipements correspond en effet un problème précis, auquel répond une solution innovante.

 Lire la suite sur Demain la ville, le blog urbain de Bouygues Immobilier

Comments Pas de commentaire »

Boire des coups sera toujours un bon prétexte à l’écriture. Que d’étonnement lorsque, le week-end passé, nous avons fait la chaleureuse rencontre d’un vendeur d’alcool ambulant. Pour vous donner une idée, cet énergumène est un mélange entre l’homme-sandwich basique et le chapelier fou d’Alice au pays des merveilles. Sa “Poirette” – une “sangria normande” à 3 euros le gobelet – a fait le bonheur de tous les fumeurs reclus dans la rue Jean-Pierre Timbaud à Paris samedi dernier.

Au-delà de cette anecdote nocturne, l’affaire de l’homme-gobelet est symptomatique d’une tendance de fond, celle de la ville en mouvement. Le processus de nomadisation généralisée de nos pratiques sociales nous amène à repenser activement les infrastructures et services de la vie quotidienne.

L’essor des technologies numériques et l’évolution performante des transports traditionnels ont déjà aidé à révolutionner nos modes de travailler, consommer, habiter ou communiquer, en les rendant – pour faire simple – plus mobiles. De ce point de vue, il semblerait que les secteurs de la distribution et de la livraison soient les plus actifs pour accompagner ces changements d’usages.

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Et si on réinventait le modèle économique de l’automobile ? Prenons le Free Car Project, dont nous avons récemment chanté les louanges : qui a eu cette idée folle, d’un jour inventer la voiture gratuite ? Réponse : Michael Oualid, qui se présente sur son blog avec cette formule sans équivoque : « je pense que l’Automobile a raté le virage du XXIème siècle. »

Suite à notre publication, contact a été pris avec Michaël, qui a accepté de répondre à quelques questions sur la genèse de son projet, et le regard plus global qu’il porte sur l’évolution des mobilités. Un regard précieux, tant il décrit avec acuité les errances de l’automobile qui l’ont lentement plongée dans l’abysse… et par conséquent, la manière dont on peut l’en sortir.

Pour plus d’informations sur le projet lui-même, on se reportera à l’excellent blog que Michael anime sur Slate, et aux divers interviews qu’il a donné cet été (ici ou ). Encore merci à Michael pour la richesse si rafraîchissante de ses six réponses ! 

Pourriez-vous présenter votre projet en quelques mots ?

La question de départ est la suivante : quelles propositions de réponses pouvons-nous offrir aux constructeurs automobiles, qui dépensent des sommes colossales pour s’enfermer dans des problèmes économiques/écologiques/sociaux/…?

Nos études nous ont amené à nous concentrer sur la SIMPLICITÉ et l’OUVERTURE (à développer, bien sûr). Mais, il se trouve que la SIMPLICITÉ n’est pas très profitable à vendre de façon traditionnelle  C’est pourquoi nous avons dû ensuite développer de nouveaux modèles économiques pertinents. Le plus “extra-ordinaire” étant le FREE CAR PROJECT sur la base de la voiture “populaire”.

Lire la suite »

Comments Un commentaire »

Ce n’est pas la première fois qu’une pub auto se moque de manière plus ou moins tendre à ses « concurrents » (et sûrement pas la dernière). On pensera par exemple aux railleries adressées au vélo dans les décennies précédentes (dans sa version plutôt mignonne mais aussi carrément abjecte), et toujours utilisées par les agences de com’ en panne d’idées neuves (exemple avec cette indigne publicité Chevrolet datant de 2011)

Mais (à notre connaissance) il est plus rare que le marketing auto s’attaque frontalement aux transports en commun. La récente campagne SEAT Mii, déployée en France avec la catchline « Vous seriez mieux en Mii », s’est pourtant positionné sur ce terrain glissant… Inutile de dire qu’on a eu envie d’éclater notre écran (et un publicitaire par la même occasion) quand on l’a découverte.

Cette auto sans-gêne : insultes, subventions, sexisme et pubs de merde…

Non content de s’afficher en couverture du journal gratuit 20 Minutes (distribué dans le métro…) cette semaine, la marque espagnole s’est enorgueilli d’une intelligente campagne in real life imaginée par l’agence Zone France, qui aura connu un certain succès cette semaine :

Pendant deux jours, les parisiens ont été interpellés dans des lieux stratégiques de la capitale par une curieuse invitation. On leur proposait de vivre l’expérience Mii en se rendant à la destination de leur choix au volant de la petite citadine.

Convaincue que la cible visée par la Mii, une clientèle féminine urbaine et active, préférerait se déplacer en Mii que d’attendre le bus sous la pluie ou se retrouver serrer dans les transports en commun, SEAT propose de faire tester sa Mii durant toute une journée en région parisienne.

C’est ainsi que l’on a pu voir par exemple la Mii truster sans vergogne des places de stationnement aux stations Autolib’. De même, on l’a vu aux heures de pointe à la sortie du métro, aux arrêts de bus ou encore dans une file de taxis. Les situations de la vie urbaine ont été détournées pour montrer que la vie, c’est mieux en Mii.

Lire la suite »

Comments 2 commentaires »