Posts Tagged “Fashion /”

[Billet d'humeur] Ce n’est pas la première fois que les publicitaires recyclent directement l’imaginaire de la révolte sociale. On se souvient notamment des campagnes Leclerc de 2005, qui piochaient allègrement dans les affiches de Mai 68 (ici, ou , ainsi que la réponse de Michel-Edouard himself). Certains parlent de second degré, d’autres de nostalgie soixante-huitarde… Cynique, mais juste que là rien de bien méchant.

On franchit par contre un palier, et pas forcément dans le bons sens, avec les trois campagnes suivantes qui s’inspirent plus ou moins directement de l’imaginaire de la révolte sociale urbaine (pléonasme ?), et notamment du versant artistico-militant qui les accompagne.

-

Les deux premiers spécimens partagent un même amour pour les collages et pochoirs revendicatifs. Exemple avec cette publicité promouvant… la police néo-zélandaise, il fallait le faire, en s’inspirant directement des graffitis militants de Bansky ou Blek le rat (d’autres dans le même ton à découvrir ici). Je ne sais pas ce qui est le plus cynique : exploiter un imaginaire anti-capitaliste pour promouvoir un bien marchand, ou une référence anti-militariste pour promouvoir la police (pleine de malice) ? Mais encore une fois, rien de vraiment méchant.

Le second spécimen me choque bien plus. Promouvant le tournoi de tennis Bercy Indoorground, vous pouvez découvrir ces affiches en ce moment dans le métro parisien (je n’ai pas réussi à trouver d’images sur Internet, et la campagne web n’a aucun rapport). Les slogans choisis parlent d’eux-mêmes :

« Frappes ciblées », mais aussi « Tirs à balles réelles » (j’ai encore du mal à y croire) et quelques autres slogans du même goût accompagnent des pochoirs évoquant encore ceux de Blek le rat et consorts (cliquez pour voir en grand), le tout sur décor de friche urbaine. Oh Irony, thou art a heartless bitch…

{ Cliquer ici pour lire la suite et débattre dans les commentaires. }

Comments 9 commentaires »

Comment rendre les modes doux plus attractifs, en particulier la marche et le vélo ? Éternelle et vaste question, à laquelle chaque acteur du milieu tente de répondre en valorisant qui les économies financières, qui les économies d’énergies (pour faire court). Malheureusement, il semble que ces arguments peinent à véritablement séduire les foules1.

Et quand bien même certains annoncent en masse être prêts à quitter leur automobile, il faut que ce foutu principe de réalité vienne tout gâcher un an plus tard et quelques euros le baril en moins. Bref, économie et écologie ne semblent pas suffire pour inscrire durablement les mobilités douces dans les mentalités de nos concitoyens. Alors, comment on fait ?

{ Cliquer ici pour lire la suite. Et vous régaler les mirettes. }

  1. C’est d’autant plus vrai pour l’argument écolo, dans notre beau pays au verdissement tardif. []

Comments Un commentaire »

Lu sur Tokyo Stories :

« Looking at the fashion of two men walking in front of me, I sensed my destination Harajuku, the center of youth fashion, is near. »

tokyo stories

Billet original : Tokyo Stories – Mobile Landmark

Ou la « mobilité 2.0 » dans sa forme la plus évidente : l’autre devient un renseignement spatial.

Exemple personnel : lors de mon séjour familial à Tokyo, nous avions ainsi découvert « par hasard » un joli festival de quartier… en suivant des dizaines de femmes en yukata

De là à imaginer des outils de navigation basés sur l’empreinte visuelle des lieux (couleurs dominantes, etc), il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement en reprenant le commentaire laissé par un certain Radomil Martinec dans le billet original :

« You would take a picture, upload it from your phone and tag it. Engine would take your tags and add It’s own guesses from previous uploaders into consideration, selflearning style/geo/social network. Then you would create a location query by simply taking a picture or turning around with your camera on. »

On pourrait de même envisager des calculs d’itinéraires basés sur la street fashion… Un tel service aurait en tous cas toute sa place à Tokyo pour l’étranger cherchant à se familiariser avec les différentes composantes vestimentaires de la ville, loligoths et compagnie !

Pour le plaisir, l’une de mes photos préférées de mon séjour tokyoïte. Nostalgie !

tokyo 2

Comments Pas de commentaire »