Posts Tagged “Japon /”

Le rapport entre ville et manga sonne comme une évidence, qui rime d’ailleurs avec tendance. Cet angle reste pourtant peu étudié, ou alors de manière particulièrement caricaturale. Un comble tant le thème est prolixe, et bien plus inventif qu’il n’y paraît. C’est donc avec d’autant plus d’intérêt que nous avons plongé dans le catalogue du cycle d’événements Mangapolis, organisée l’an passé à la Cité Internationale de la BD d’Angoulême. De quoi glaner quelques inspirations urbaines pour repenser la ville contemporaine.

Ville et manga : la danse de la fusion

Pour le commun des non-japonais, le moyen le plus simple de squatter le quai du Shinkansen en grillant Hope sur Hope, ne passe pas forcément par l’achat d’un billet d’avion hors de prix. Une solution plus efficace et bon marché – à condition d’éviter la collectionnite aiguë – consiste à se laisser emporter par l’intrigue et les graphismes d’un bon manga urbain. Mais après tout, l’affinité manga/ville n’est-elle pas un pléonasme ?

Qui s’aventurera dans les rues, squares, transports et commerces des villes nippones sera surpris de l’omniprésence de ces bibliophages. Le plus remarquable réside ici dans le fait que ce type de sociabilité semble bel et bien exclusif au Japon, puisque même des voyageurs d’origine asiatique s’en étonnent. Cette résonance agit aussi dans le sens inverse : les imaginaires façonnent les sociétés jusque dans l’attitude et les gestes du quotidien, rappelle le journaliste coréen Chin Chung-gwon :

« Ce qui m’avait encore frappé à l’époque, c’étaient les jeunes filles japonaises. Leurs chaussettes montantes qui ne glissaient pas sur leurs mollets en dépit de la loi de gravitation étaient en soi une merveille à mes yeux ; mais la position qu’elles adoptaient, leur cartable à la main, me paraissait relever de l’impossibilité anatomique !

[...] Ce n’est que plus tard que j’ai compris que ces chaussettes et cette posture étaient inspirées des images de jeunes filles kawai dans les mangas. » (cf. Courrier International, Hors Série, mars-avril-mai 2010,p. 38.)

Plus qu’un loisir de niche, le manga constitue une pratique embrassant la société japonaise dans son ensemble. En tant qu’espaces privilégiés d’interaction sociale, les villes n’échappent évidemment pas à la règle. L’indicateur le plus criant du phénomène de colonisation des mangas dans les villes japonaises contemporaines demeure la prolifération, dans le paysage urbain, de monuments directement sortis de ces imaginaires.

Lire la suite »

Comments 2 commentaires »

Mieux que le cirque itinérant, le zoo au coin de la rue ? Une certaine image de la ville post-humaine, au sens littéral du terme :

Trailer du jeu Tokyo Jungle sur PlayStation 3.
Sortie prévue en juin 2012 au Japon.

Tokyo Jungle vous transporte dans un Tokyo sans aucune trace humaine dans un avenir non défini. Vous y trouverez plus de 80 types d’animaux qui devront se défendre en s’affrontant les uns les autres. On y trouve un mode Histoire ainsi qu’un mode Survie.

{ Lire la suite ? Lire la suite ! }

Comments Un commentaire »

(>^.^)>

WTF Japan seriously ? Musique tirée du générique de la série Ryo-ku-Bu. Je n’ose imaginer comment mon ami Tristan est tombé sur cette vidéo, mais c’est à lui que doivent aller vos remerciements pour avoir déniché cette perle !

Allez, une autre pour le plaisir des yeux (et des oreilles !) Vous noterez au passage ce slogan magnifique qui fera rêver tous les touristes en visite : « The RER comes from the bottom of Paris »

{ Cliquer ici pour prolonger la joie de l’otaku qui sommeille en vous. }

Comments Pas de commentaire »

Dans la série « parcourir la ville autrement », voici la version 18+ ! Le Kabukicho audio guide1 vous invite ainsi à découvrir les coins chauds du Tokyo nocturne : un périple entre love hotels et bars à hôtesses qui réjouira les amateurs de japorneries. J’écrivais il y a quelques semaines que « l’homme habillé est un GPS comme les autres » ; à n’en pas douter, la femme déshabillée en est un autre !

tokyo-realtime-kabukicho

tokyo-realtime-kabukicho-2

Rien de si surprenant dans cette initiative : les quartiers chauds sont depuis toujours de hauts lieux touristiques, et le Japon ne déroge pas à la règle. La version « audio guide » présentée ici donne toutefois une dimension supplémentaire à ces tribulations coquines, participant à la construction sensitive de l’imaginaire érotique du quartier. Une hétérotopie comme une autre ;-)

Et parce que le sujet me tient à coeur, vous pourrez bientôt lire ici un billet consacré à la pornographie urbaine. Ville & gonzo, même combat ? Vous le saurez bientôt. Et histoire de patienter, je vous invite à lire les excellents manuels de pornosophie rédigés par les amis de Freakosophy.

  1. Attention, le site est relativement NSFW. Bien entendu, je tiens à préciser que je suis tombé dessus de manière totalement fortuite ! []

Comments 2 commentaires »

Lu sur Tokyo Stories :

« Looking at the fashion of two men walking in front of me, I sensed my destination Harajuku, the center of youth fashion, is near. »

tokyo stories

Billet original : Tokyo Stories – Mobile Landmark

Ou la « mobilité 2.0 » dans sa forme la plus évidente : l’autre devient un renseignement spatial.

Exemple personnel : lors de mon séjour familial à Tokyo, nous avions ainsi découvert « par hasard » un joli festival de quartier… en suivant des dizaines de femmes en yukata

De là à imaginer des outils de navigation basés sur l’empreinte visuelle des lieux (couleurs dominantes, etc), il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement en reprenant le commentaire laissé par un certain Radomil Martinec dans le billet original :

« You would take a picture, upload it from your phone and tag it. Engine would take your tags and add It’s own guesses from previous uploaders into consideration, selflearning style/geo/social network. Then you would create a location query by simply taking a picture or turning around with your camera on. »

On pourrait de même envisager des calculs d’itinéraires basés sur la street fashion… Un tel service aurait en tous cas toute sa place à Tokyo pour l’étranger cherchant à se familiariser avec les différentes composantes vestimentaires de la ville, loligoths et compagnie !

Pour le plaisir, l’une de mes photos préférées de mon séjour tokyoïte. Nostalgie !

tokyo 2

Comments Pas de commentaire »

Inutile d’être allé sur place pour savoir que les métros nippons forment un espace à part. Deux visions dominent largement l’imaginaire occidental : celle du wagon bondé et surbondé par des contrôleurs zélés ; et celle d’une voiture endormie, symptôme d’une nation surmenée. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un oeil à Google.

Je dois avouer que la deuxième version me parle davantage ; c’est en tous cas la seule que j’ai rencontrée lors de mon voyage à Tokyo il y a quelques années. Mais nous y étions en été et de nombreux Tokyoïtes étaient en province pour les fêtes, ceci expliquant certainement cela…

Quoiqu’il en soit, j’associe de facto le métro à cette lenteur apaisante qu’évoque justement un excellent article du dernier hors-série de Courrier International, consacré au triomphe du Japon pop.

pop japan

L’article (page 21) évoque une notion aussi séduisante qu’essentielle pour comprendre le vécu du métro tokyoïte et, plus généralement, de ces « espaces en mouvement » qui caractérisent notre quotidien urbain. Extrait :

« Le concept de ma est au coeur de l’art japonais. Le ma pourrait se traduire par intervalle ou vide dans le temps et l’espace, même s’il n’a pas vraiment d’équivalent dans notre langue [ici l'espagnol, mais c'est évidemment valable pour le français]. Il s’agit d’un concept très subtil qui, au-delà du simple espace physique, implique une expérience sensorielle du vide en tant que substance : le blanc entre les lignes d’un haïkyu, le mouvement d’un caractère calligraphié ou la pause entre deux notes de musique.

Mais le ma imprègne aussi la vie quotidienne au Japon [...]. La pause pendant un voyage en train. Le silence dans les voitures. Le langage corporel des passagers. Tout cela fait partie intégrante de cet intervalle, de cet espace vide, mais saturé de sens. »

Xavier Comas, La Vanguardia
« Ma » ou l’espace tokyoïte
Courrier International hors-série n°31 : « Pop Japan », 2010

L’article est accompagné d’un superbe portfolio. Je vous invite évidemment à vous jeter sur ce hors-série qui aborde de front cet « autre Japon« , désormais bien intégré dans notre paysage culturel.

De mon côté, je reviendrais très bientôt (avec une surprise…) sur ce concept si séduisant du ma ainsi que sur celui du mujo, « l’impermanence« , évoqué dans la fin de l’article de Xavier Comas. Deux concepts à mon avis pertinents pour aborder la question du mouvement dans notre paysage urbain.

Comments Pas de commentaire »