Posts Tagged “Terreform /”

[Note : ce texte a été rédigé pour le Laboratoire des villes invisibles, en réponse à une billet de Nicolas Nova sur la ville dans le film d'anticipation Idiocracy. Le billet original est à lire ici ; mes autres contributions à ce beau Labo sont à retrouver .]

Un dépotoir peut-il se transformer en ville durable ? La question peut surprendre, tant notre imaginaire est marqué par le rejet des déchets. Car nos poubelles sont loin d’avoir la cote. Comme souvent, la pop-culture se fait le témoin de notre perception collective du sujet. Les décharges servent ainsi de décor à de nombreuses contre-utopies. Nicolas évoquait il y a quelques semaines la vision ahurie d’Idiocracy, où les ordures accumulées forment de véritables montagnes débordant entre les buildings. C’est ici la bêtise de l’humanité qui provoque l’amoncellement des déchets.

D’autres oeuvres ont préféré symboliser, à travers la question des déchets, les profondes inégalités sociales composant leur univers fictif. Citons par exemple le manga cyberpunk Gunmm, dans lequel la riche cité volante de Zalem déverse un torrent d’ordures sur la ville-décharge de Kuzutetsu, évidemment marquée par l’ultra-violence (via).

Zalem - Gunmm

Les oubliés de Vulcain, roman-jeunesse de Danielle Martinigol (2001), s’inspire de la même thématique. Les ordures, largués depuis le ciel sur la planète Vulcain, expriment l’urgence à la fois sociale et écologique du développement durable.

les oubliés de vulcain

De nombreuses autres oeuvres existent qui mettent en scène des villes-dépotoirs (N’hésitez pas à nous envoyer un mail ou à laisser un commentaire si vous souhaitez nous en faire part, peut-être pour un prochain billet !).

Faut-il s’étonner, dans ce contexte, de voir des architectes et urbanistes s’emparer du sujet pour formuler d’autres perspectives, cette fois utopiques et durables ? Le think-tank urbain Terreform, dont on avait déjà parlé dans le billet consacré aux villes mobiles, propose ainsi d’exploiter les gigantesques décharges new-yorkaises… pour bâtir une nouvelle extension de Big Apple ! Voici comment les architectes de Terraform explicitent leur projet, intitulé « Rapid Re(f)use: Waste to resource city 2120 » :

Rapid Re(f)use 1

New York City is disposing of 38,000 tons of waste per day. Most of this discarded material ended up in Fresh Kills landfill before it closed. The Rapid Re(f)use project supposes an extended New York reconstituted from its own landfill material.

Our concept remakes the city by utilizing the trash at Fresh Kills. With our method, we can remake seven entirely new Manhattan islands at full scale. Automated robot 3d printers are modified to process trash and complete this task within decades. These robots are based on existing techniques commonly found in industrial waste compaction devices. Instead of machines that crush objects into cubes, these devices have jaws that make simple shape grammars for assembly.

Different materials serve specified purposes; plastic for fenestration, organic compounds for temporary scaffolds, metals for primary structures, and etc. Eventually, the future city makes no distinction between waste and supply.

rapid refuse 2

Malgré ses allures révolutionnaires, le projet s’inscrit pleinement dans l’air du temps, grâce à l’essor de la logique durable qui aura progressivement réussi à faire accepter l’idée d’une réutilisation massifiée des déchets domestiques. Preuve de sa pertinence certaine, le projet systémique de Terreform imaginé pour la ville de New York (dans laquelle s’inscrit donc leur Rapid Re(f)use) a récemment gagné le Zumtobel Group Award.

Cette logique de recyclage des déchets est d’ailleurs poussée à l’extrême par certains, qui pointent ainsi du doigt les dysfonctionnements de notre système de consommation et/ou d’urbanisation. Le jeune architecte australien Andrew Manyard a ainsi imaginé un robot géant, le CV08, capable de recycler… les zones périurbaines (!), inévitablement laissées en friche par la reconfiguration territoriale qu’il envisage pour 2020 (commentaires sur Transit-City). L’explication parle d’elle-même :

CV08 is a robot that consumes the abandoned suburbs through its front 2 legs. It processes the materials and fires off compacted recycling missiles to awaiting recycling plants. CV08’s middle legs and one rear leg follow the front legs to terra-form the newly revealed earth with native Flora and Fauna. Vast stocks of the Flora and Fauna are stored within CV08 in carbonite sleep until they are required to colonise what was previously suburban wasteland.

cv08 1

cv08 2

cv08 leg

On notera que le CV08 s’attaque aussi au surpoids humain généré par l’utilisation excessive de l’automobile dans ces territoires, puisque le robot “dévoreur de suburbs” est alimenté par la graisse des personnes recyclées. Ou quand l’utopie durable dérive dangereusement. Une façon pour Andrew Manyard d’alerter sur notre propension à peut-être sur-réagir à certaines problématiques. Quel serait alors le juste milieu d’une “utopie du dépotoir” ?

cv08 fat2

Comments Pas de commentaire »

[Note : ce billet est rédigé pour le Laboratoire des villes invisibles, animé par Nicolas Nova pour l'émission Les Urbanités de la Radio Suisse Romande. Le lien original est à retrouver ici ; mes autres contributions à ce beau Labo sont à découvrir là. Un grand merci à Nicolas pour cette tribune !]


La ville du futur sera-t-elle itinérante ? La question anime l’architecture autant que la science-fiction depuis des dizaines d’années, sans pour autant perdre de son originalité. Le projet Homeway, du collectif d’architecture durable Terreform, en est un excellent témoin, remettant au goût du jour le fantasme d’une ville en mouvement.

image 1 terreform

image 2 terreform

A la différence de la Walking City d’Archigram ou de la cité sur rail du Monde inverti, présentées sur le Labo des villes invisibles il y a quelques jours (lecture évidemment sur-conseillée), Homeway n’est pas une superstructure zoomorphique déplaçant des dizaines de milliers d’habitants, mais un système logistique permettant le mouvement individuel et autonome des bâtiments de la ville eux-mêmes. Comme le décrivent les architectes :

« We propose to put our future American dwellings on wheels. These retrofitted houses will flock towards downtown city cores and back. We intended to reinforce our existing highways between cities with an intelligent renewable infrastructure. Therefore our homes will be enabled to flow continuously from urban core to core. »

image 3 - homeway_terreform_walking_house

Nous ne commenterons pas la vision proposée dans ces lignes – d’autres l’ont déjà fait -, mais plutôt les codes visuels utilisés pour représenter la « mobilité » des bâtiments. Ceux-ci soulèvent en effet bien des interrogations. Deux imaginaires se distinguent ainsi : les « pattes » insectoïdes se rapprochent de la vision métallique d’Archigram, tandis que les chenilles donnent aux pavillons des allures de tanks. On a vu plus réjouissant !

L’itinérance d’une ville est-elle nécessairement menaçante ? Cette observation pourrait n’être qu’anecdotique si elle n’était pas récurrente dans l’imaginaire des villes mobiles. Un bel exemple nous est donné dans la bande dessinée Little Nemo in Slumberland : le réveil des immeubles provoque celui du héros, littéralement chassé de son rêve urbain.

image 4 - fs_Little Nemo - 1909-03-21 (1)

Autre exemple, la hutte de l’effrayante sorcière Baba Yaga est perchée sur des pattes de poulets. Cette figure centrale de la mythologie slave a d’ailleurs inspiré Hayao Miyazaki dans la création de son Château ambulant que l’on croirait tout droit sorti d’un cauchemar steampunk. La présence de nombreux canons, dont certains font office d’yeux, renforce d’ailleurs l’aspect militaire et guerrier de la structure métallique. La ville mobile est une arme comme les autres, semblent dire le Château ambulant ou la Walking City d’Archigram (on remarquera au passage que la maquette du projet Homeway évoque fortement la structure d’un porte-avion).

image 5 - Le_Chateau_Ambulant_10_1024x768

La présence de ces détails militaires est pourtant difficile à justifier. Ainsi, la vocation première du Château ambulant est justement de fuir les combats (une guerre évoquant 14-18) ; de même, la mobilité de Walking City peut être envisagée comme une réponse aux menaces de la Guerre Froide (et à ses conséquences en termes de diminution des ressources).

De même dans certains jeux vidéo récents. Dans Final Fantasy VI, le château de Figaro est capable de se déplacer en souterrain d’un continent à l’autre pour échapper à l’armée d’occupation. Dans Final Fantasy VIII, la superstructure universitaire qui abrite les héros prend littéralement son envol pour échapper à une salve de missible, devenant du même le nouveau mode de transport principal du joueur.

L’architecture épurée du bâtiment détone avec les exemples plus agressifs évoqués plus haut. Cela n’empêchera pas cette forteresse volante d’être impliquée dans une bataille mémorable avec l’une de ses « cousines ». Le caractère hostile de la ville mobile semble alors reprendre ses droits.

Cette navigation sélective dans les méandres de la culture populaire soulève encore une fois plus d’interrogations qu’elle ne donne de réponses. Comment expliquer l’aspect hostile observé dans une majorité de ces exemples ? J’y vois pour ma part la traduction visuelle du caractère profondément sédentaire et propriétaire de nos modèles urbains.

Dès lors, on peut se demander quel seraient les codes visuels d’une ville mobile qui tiendrait compte de la densification des flux qui caractérisent nos villes contemporaines. Comment traduire ce contexte inédit en utopies itinérantes ? Aux architectes, romanciers ou autres de tracer les contours de ces imaginaires futuristes.


[Merci à un autre Nico, architecte de son état, pour sa contribution !]

Comments 4 commentaires »

zga_finalfive_ri64_web_549x424_lupe

Il y a de quoi s’étonner devant ce melting-pot d’imaginaires destructeurs appliqués à la ville durable, non ?

(je n’arrive pas à trouver l’image de Matrix / Animatrix à laquelle je pense, mais je suis certain que vous voyez de quelles machines je veux parler)

Jetez aussi un oeil aux autres créations de Terreform, certes très séduisantes sur la forme mais finalement assez limitées, à mon humble avis, en termes de prospective urbaine.

Via @ehooge

Comments Pas de commentaire »