Gotham City : la gentrification est un super-vilain

Le 22 novembre 2009 - Par qui vous parle de , dans , parmi lesquels

L’ultra-violence pathologique de Batman alimente depuis longtemps les débats quant au caractère « héroïque » du justicier masqué. Je vous invite à lire cette superbe analyse du personnage sur Freakosophy : Batman: héros hégélien de la refondation.

« Batman est donc avant tout un vengeur – un prisonnier infernal voué à accomplir éternellement les mêmes actes pour expier une faute qu’il ne comprend pas et qui remonte par-delà son origine. La figure de Batman n’est pas moderne, elle est antique voire archaïque. »

Ainsi, selon Freakosophy :

« Cette insuffisance [de la Loi] appelle donc un héros [au sens hégélien] […] pour refonder la ville et permettre à cette dernière de sortir du cercle tragique des répétitions »

Malgré la qualité de l’analyse, mon avis diverge sur la conclusion, en particulier dans sa dimension urbanistique. Batman souhaite-t-il réellement sauver Gotham City ? L’ambiguïté qui lie Batman à ses super-vilains, Joker en tête1 est toute aussi valable à propos de Gotham City.

« Gotham City2 is Manhattan below Fourteenth Street at eleven minutes past midnight on the coldest night in November », résume Frank Miller. On a connu plus accueillant. C’est là qu’intervient le couple Batman/Bruce Wayne : si la mission du premier est de nettoyer la ville de ses criminels, le second déploie les milliards de son entreprise pour financer divers projets urbains, et notamment la reconstruction de la ville suite aux tremblements de terre et autres terroristes fous.

gotham-destroyed

Alors que l’on s’attendrait à voir Bruce Wayne, en bon « héros de la refondation », profiter de cette reconstruction pour karcheriser les quartiers les plus difficiles, le milliardaire semble choisir de perpétuer l’urbanisme défaillant de Gotham City, à l’origine de poches de criminalité que Batman combattra inlassablement. Comme le souligne io9 :

« Gotham City is always getting destroyed and reduced to Dresden-esque rubble, and Bruce Wayne rebuilds it again and again, just as miserable as before. »

Sans la violence urbaine des bas-fonds, les superhéros n’existent pas. io9 s’interroge d’ailleurs en conclusion :

« What would a narrative about superheroes look like if it took place in a relatively safe, friendly urban environment? »3)

Batman/Bruce Wayne semble paradoxalement le héraut de cette inertie urbaine qui englue Gotham City dans sa criminalité. Certains auteurs y voient d’ailleurs un choix politique :

Mark Badger and I [Gerard Jones] always saw Batman as not just an opponent of street crime but also as sympathetic to the little people who are exploited by the big people. Like poor people being displaced by rich people.

Dans cette dernière phrase, le scénariste désigne directement le processus de gentrification, ainsi défini par le géographe Jean-Pierre Levy :

« Phénomène à la fois physique, social et culturel en œuvre dans les quartiers populaires, dans lequel une réhabilitation physique des immeubles dégradés accompagne le remplacement des ouvriers par des couches moyennes »4

De nombreuses villes du globe connaissent depuis plusieurs années maintenant ce phénomène de gentrification (ou « boboïsation » pour les journalistes). A Paris, il s’agira par exemple des quartiers Oberkampf ou du Canal St Martin5. Si l’on connait les vertus de la gentrification – renouvellement urbain, amélioration de la qualité de vie, baisse de la criminalité -, de nombreuses voix s’élèvent en souligner le revers : l’éviction des classes populaires « historiques » vers les périphéries en raison de la hausse des loyers.

Le phénomène a profondément marqué la structure urbaine de New York avec la revitalisation de quartiers populaires tels que Greenwich Village ou Harlem. Gotham City étant le miroir assombri de New York, il semble logique que les auteurs s’emparent du sujet. Leur réponse dénote avec le discours traditionnels des autorités municipales. Batman sera ainsi amené à combattre plus ou moins directement divers gentrifieurs6, caricatures – ou métaphores ? – d’une élite qui confond renouvellement urbain et réhabilitation chirurgicale7.

  1. Le dialogue entre les deux protagonistes dans The Dark Knight est une excellente synthèse de cette ambiguïté relationnelle. On la retrouve évidemment dans le Batman de Burton : « chacun est en quelque sorte le géniteur de l’autre : ils ne sont pas frères mais pères siamois se regardant ainsi en miroir et étant l’un pour l’autre un stade de leur propre développement », comme l’explique très bien Freakosophy. []
  2. Le nom de Gotham City fait évidemment référence à Gotham, surnom populaire de New York depuis le 19e siècle. []
  3. On y reviendra dans un prochain billet ;- []
  4. Lévy J.-P., 2003, Article « gentrification », in Brun J., Ségaud M., Driant J-C., Dictionnaire de l’habitat et du logement. Paris, Armand Colin []
  5. J’ai réalisé mon mémoire de M1 sur le sujet : « Analyse socio-spatiale des pratiques ludiques en milieu gentrifié. Les lieux de convivialité sur le Canal St Martin ». []
  6. Cf. les quelques exemples donnés par io9 : Gotham City cannot be saved — or gentrified. Le scénario Batman Begins extrapole d’ailleurs cette dénonciation – j’y reviendrais dans quelques jours. Pour un regard moins pop, on lira « The new battle against gentrification » dans le… Gotham Gazette. Une bataille inégale, en l’absence de superhéros ? []
  7. Qui a dit « Le 104 » ? []

9 commentaires

  • Intéressée par le futur billet. Par contre argh, tu m’as appris des nouveaux mots, ça fait peur.

  • Mince, je croyais que personne ne lisait les notes de bas de pages. Busted !
    J’espère que tu ne seras pas déçue… J’ai essayé de teaser un peu, TBP-like, mais il faudra que je sois à la hauteur.

    Merci pour le commentaire. Cours placer « gentrification » dans une discussion suisse, et j’aurais fait mon job !

  • Hello

    Juste un petit mot d’encouragements pour votre venue dans la blogosphère en espérant vous retrouver bientôt sur notre chemin. Vive les paillettes et le concept !!

    Freakooooosooophyyyyy

  • Merci pour les encouragements ! On se retrouvera très vite pour une discudance réseaulogique (peut-être sur la réalité augmentée, Baudrillard et les vieux cons de la Silicon Valley ^^). A bientôt – j’ai cru voir une photo de Mr Big dans votre dernier billet, je crois que je vais devoir lire ça !

  • Le dernier article est d’un confrère mais on peut déjà débattre de la réalité augmenté car il y a un petit moment j’ai fait un poste dessus ici:

    http://freakosophy.over-blog.com/article-33490627.html

    A bientôt donc…

  • J’ai pensé à ton post en lisant la BD « Batman : guerre au crime » d’Alex Ross car dedans il se rend compte qu’il doit s’attaquer à la source du crime et non à ses effets et décide en tant que Bruce Wayne à réhabiliter des quartiers pauvres pour redonner du travail…

    • Un freakosophe éclairé m’en avait déjà vanté les qualités dans les commentaires de « Batman, héros hégélien de la refondation« . Malheureusement, je n’ai toujours pas déniché d’exemplaire financièrement abordable du chef d’oeuvre mentionné… mais je ne désespère pas ! Et dès que je l’aurais sous la main, sois sûr qu’il se retrouvera billeté ici-même ! (avec tous les autres billet sen retard, promis depuis des lustres… argh)

  • Assez passionnant, tout comme les autres articles que j’ai lu sur ce blog. Par contre, en note 1, le titre du film (ou du comics) est victime d’une coquille : non pas The Dark Night mais The Dark Knight.

Laisser un commentaire

22 novembre 2009

Par