Samsung et son safari imaginaire : l’urbanisme collaboratif is now mainstream

Le 21 décembre 2012 - Par qui vous parle de , , , dans , parmi lesquels

Malgré ses ambivalences quant au destin plus ou moins désirables de ses villes, Samsung est devenu en quelques publicités l’un des dealers d’imaginaires urbains les plus intéressants. On se souvient notamment du rapport ambigu qu’entretiennent ses spots à l’égard de la disneylandification de l’espace urbain, vu à travers le prisme des écrans nomades… Le dernier clip de la marque continue dans cette lancée, avec une fraîcheur déconcertante :

Le spot, réalisé par Heaven Conseil & La Bande Originale et s’inspirant des travaux de  Sandrine Estrade-Boulet, regroupe tous les imaginaires urbains en vogue (sans tomber dans l’excès d’une pub Mercedes étoilée). On trouve donc dans ce spot absolument délicieux, pêle-mêle :

  • les nombreux imaginaires de la ville ludique, de la marelle (voire aussi ici) au skate en passant par le parc d’attraction, figure incontournable de l’urbanisme contemporain (voire ici et )
  • une grosse dose de gentrification, le spot étant notamment tourné sur le Canal St Martin (réserve officielle et caricaturale des bobos parisiens), et rempli de jeunes bômeurs en scooter
  • une pincée de hacking urbain, à l’image de la cabine téléphonique-aquarium qui rappelle inévitablement les oeuvres de l’artiste Benedetto Bufalino, apôtre de l’hacktivisme urbain.

Mais le plus intéressant tient évidemment à la manière dont Samsung donne corps aux pratiques de co-création urbaine, qui plus dans une discrétion salvatrice (là où d’autres auraient empilé les références gadgetophiles). On pensera inévitablement à des applications telles que Ville sans limite, dont Samsung semble directement reprendre les codes et les objectifs, à savoir :

« donner la capacité aux personnes qui habitent dans la ville, de se prononcer sur cette ville et surtout de la regarder, de la regarder comme quelque chose de fondamentalement plastique, modifiable, et qui leur appartient. »

Une preuve supplémentaire, s’il en fallait, de l’importance croissante que prennent les marques dans la construction des imaginaires urbains contemporains, en particulier sur le terrain de la ville connectée.

Pour Samsung, ne reste plus qu’à franchir le pas qui sépare l’imaginaire publicitaire de sa concrétisation « dans le dur »… Au vu de la maturité de leur vision, que reflètent leur nombreuses pubs, une telle évolution serait des plus naturelles. On ouvrira donc l’oeil, et le bon.

Sans rapport, on en profite pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’années. Que 2013 rime avec vos désirs urbains les plus fous !

1 commentaire

  • En effet, très jolie publicité. Le Galaxy Note se créé petit à petit un univers de déformation urbaine joyeuse très agréable à voir. Les publicités du métro parisien suivant ce thème sont aussi très mignonne (des bougies allumées par dessus les édicules Guimard et d’autres réjouissances).

Laisser un commentaire