Pop culture : it’s all so quiet on the western front

Le 11 février 2011 - Par qui vous parle de dans , parmi lesquels , ,

[ Attention, billet relativement désurbanisé : ne vous attendez pas à trouver ici de l’urbain à proprement parler ^^ Il sera davantage question de pop-culture et de marketing prospectif au sens large… ce qui, vous en conviendrez, est tout aussi séduisant ;-)
Et puis, après tout, l’objet de ce blog n’est-il pas d’explorer « le pouvoir de révélation de la culture populaire » ? De même, comme l’expliquait de The Pop-Up City : « marketing is urbanism and urbanism is marketing ». Toutélié ! ]

——————-

Au départ, c’est une petite phrase sur Minorités qui m’a interpellé : « Les gens émigrent vers l’ouest, et la culture se diffuse du centre mondial vers l’est ». Laurent Chambon formule cette hypothèse pour tenter d’expliquer la crise de l’industrie musicale européenne :

« Si on garde à l’esprit que le centre actuel du monde est quelque part entre Tokyo, Séoul et Hong Kong, on comprend l’impression de médiocrité qui se dégage de la musique européenne et américaine en ce moment: nous faisons de la musique de périphérie. Parce que nous sommes en train de retourner dans la périphérie, économiquement et politiquement. »

Si l’hypothèse est volontairement simpliste, elle a le mérite de pointer du doigt une situation que nous autres occidentaux avons du mal à admettre : nous ne sommes plus les rois du monde. Je n’invente évidemment rien, comme tout bon géographe-historien vous l’expliquera. Mais ce n’est pas pour autant que cette culture « orientale » est reconnue à sa juste valeur, ce que dit fort bien Laurent Chambon. Remplacez [musicale] par [culturelle], et vous aurez mon opinion clé en main :

« L’impression de médiocrité [musicale] qui règne en ce moment en Occident est probablement l’illustration de notre arrogance collective ces dernières années, lorsqu’on a cru avoir trouvé le moyen d’être riche indéfiniment et sans limite. Maintenant que nous commençons à comprendre notre situation réelle, il est peut-être temps de commencer à nous intéresser aussi aux [musiques] des autres. »

« D’accord, Philippe, on a compris. So what ? », me direz-vous. J’évoque depuis un moment la « panne d’imaginaires » urbains contemporains, qui ont conduit à la misère architecturale et urbanistique d’une partie des productions actuelles (cf. Transit-City). De même, hier encore, je regrettais avec une collègue le manque de renouvellement de la science-fiction occidentale, dont on connait pourtant l’importance en termes de changement de perspectives. Peut-être suis-je très naïf, mais je suis toujours surpris de voir encore et toujours les mêmes exemples être cités en conférence pour faire le lien entre SF et imaginaires urbains. Pour caricaturer, voilà le panier type : Metropolis, 1984, Blade Runner et Minority Report auxquels s’ajoutent parfois Le 5e Elément et Matrix histoire de montrer qu’on est in (je plaide coupable ^^). A croire qu’en dehors d’Hollywood…   -___-‘

Il ne s’agit évidemment pas de dire que ces oeuvres n’ont aucune utilité pour l’apprenti prospectiviste, mais simplement de constater le manque de renouvellement global de nos référentiels et donc de notre créativité1. Et, par conséquent, de pointer du doigt notre incapacité à sortir de la « path-dependance » de la futurologie traditionnelle.

Fort heureusement, cette liste pop-culturelle est parfois complétée par quelques références un peu plus originales : hip-hop, séries américaines (Mad Men, etc.), mangas et dessins animés japonais (les éternels Ghibli), pubs étrangères et bien entendu jeux vidéo (parmi les plus cités : WOW, GTA, Gran Turismo – à mon grand regret -, etc). C’est d’ailleurs le fond de commerce de ce blog, comme en témoigne le Bestiaire.

C’est déjà pas mal ! Pour autant, j’invite tous ceux qui se reconnaissent dans cette démarche à élargir un peu plus le périmètre de nos « popservations ». L’objectif ? porter sur nos objets d’études (la ville ou autre) un regard décalé et si possible inédit, tout simplement ^^

Justement, où aller chercher de la matière pour se « régénérer l’imaginaire » (sans se cantonner à l’urbain, je parle ici de prospective au sens large) ? Quelques pistes parmi d’autres [Edit : il s’agit ici de quelques unes de mes sources personnelles. C’est donc évidemment très subjectif, et forcément non exhaustif ! Jetez donc un oeil aux sources partagées en commentaire par nicolas pour élargir un peu plus la focale !]

  • On a souvent assimilé la science-fiction au niveau de développement techno-scientifique des pays qui la produisent. Faux, rappelle Courrier International ; jetons donc un oeil à ces auteurs venus d’ailleurs (cf. le supplément d’été « Ecrire le futur ») !
  • La culture LOL, née sur le web mais qui ne s’y limite évidemment pas, est-elle aussi porteuse d’un imaginaire qui mérite qu’on s’y attarde (cf. The Internet Is Leaking). J’y reviendrai bientôt ;-)
  • De même, vous n’êtes pas sans savoir que je porte une attention particulière à la culture porn… Plutôt logique : parler de génération Y nourrie au web revient, quoiqu’on en dise, à parler de « génération porn » (NSFW). Le porn s’est ainsi banalisé, jusqu’à irriguer l’ensemble de la pop-culture contemporaine. Dès lors, pourquoi refuser ses services affriolants ?

  • Moins subversif (ou pas), la religion reste à mon sens l’un des imaginaires les plus prolifiques et paradoxalement les moins exploités. Il y aurait pourtant beaucoup à en dire (cf. aussi sur Transit-City).
  • N’oublions pas les superproductions cinématographiques étrangères, trop souvent méprisés par nos élites intellectuelles (qui ont déjà eu pas mal de mal à admettre Hollywood dans leurs discours). On se délectera de la patte slave des Timur Bekmambetov et confrères, du cinéma nigérian de Nollywood (avec ses 150 millions de spectateurs, est-il permis de passer à côté ?), du cinéma latino-américain (exemple avec Tropa de Elite 2), sans oublier les productions du sous-continent indien.

  • La mode aussi en dit long sur les tendances sociales qui émergent à travers le globe, et c’est toujours avec délectation que je me plonge dans les suppléments « Mo(n)de » de Courrier International…
  • Enfin, la question du sport me semble insuffisamment exploitée pour traduire et anticiper les évolutions de nos sociétés. Je ne m’y suis pas encore collé, mais ça ne saurait tarder. Exemples : les ouvrages de Pascal Boniface sur la géopolitique du football ; outre-atlantique, on pourra apprendre « How Football Explains America ». La suite bientôt (merci Caro ^^)

Encore une fois, cette liste n’est pas exhaustive et surtout je n’invente rien. C’est en quelque sorte ma « to-do list » de pop-culture urbaine que je partage avec vous, n’hésitez pas à faire de même en commentaire ! Et puis bon, j’espère que vous serez indulgents, c’était mon vendredi troll ;-)

——————-

Note : ce billet est né suite à discussion facebookienne avec Bruno M., d’Urbanews, que je salue au passage ;-) Ah, et c’était aussi un super prétexte pour justifier mon amour de la pop coréenne :D Car comme le dit si bien Minorités :

« La langue coréenne sonne vraiment bien, ces jeunes sont vraiment beaux et en bonne santé et ont des fringues impeccables (avec une croissance de 6% par an, tout le monde a toujours des vêtements neufs, quelque chose qu’on a oublié en Europe), et il y a ce mélange de fraîcheur, de coolde sexy et d’humour sympa et optimiste qu’on n’a plus vu en Occident depuis les années 1960. »

Si une telle envolée ne suffit pas à vous faire succomber aux joies de la pop asiatique, ce clip s’en chargera ! K-pop > Lady Gaga ;-)

  1. Exemples : ville verticale, omniprésence des véhicules individuels et/ou des monorails, etc. []

4 commentaires

  • Sisi la dédicasse ! Et big up au « hip-hop urban culture » et son intelligence de la débrouillardise !! ;)

    Et puis, la vidéo de scène d’action n’est rien d’autre qu’un remake « Bollywood Style » de Matrix 2… Autrement dit, la culture orientale s’est imprégnée de celle occidentale et devient, à son tour, le nouveau terrain de jeu des cinéastes, architectes, producteurs, musiciens, etc… Tel une nouvelle terre d’expériences urbaines.

    K-pop ou le laboratoire du monde de demain.

    Mais enfin, c’est évident que Disney ne va bientôt intéresser plus personne… Ce que nous voulons c’est un AKIRA LAND ou autre Bbirribom K-pop LAND !! On pourrait y imaginer un univers numérique et virtuel à la Denno Coil (trop styléééééé) où aucun espaces publics ne pourraient exister sans ses Dead Drop et autres Flash Code 3.0 !

    Faites-nous rêver les orientaux ! En attendant, on a pop-up urbain !

  • Au fond, ce qui est important, hormis la rupture culture occidentale/reste du monde, c’est la dynamique d’aller fouiller dans la Long Tail pour trouver des signaux faibles prospectifs: projets venant d’autres champs (pour moi le design façon Dunne and Raby, Auger-Loizeau, Anab Jain,etc. joue le rôle d’une SF critique), des contenus culturels obscurs d’ici (des nouvelles venant de fanzines, des jeux vidéos alternatifs comme Godville ou The Great Gatsby) ou d’ailleurs (de la SF africaine, des remakes turcs de Star Wars), etc.

    Mais c’est aussi aller gratter dans le passé. Typiquement ressortir des vieux numéros de la revue Planète, des anciens Jules Vernes, des textes de philosophes français ou italiens que personne ne connait dans le monde anglo-saxon, etc. Et cela passe parfois par une vitesse régulière dans les marchés aux puces à dénicher des manuels d’automobile des années 60, des livres pour enfants ou des version de Tintin et Milou en chinois.

    Et évidemment, cela passe par la musique (du k-pop à des vidéos animalières japonaises en passant par du dub brésilien).

    • Je n’aurais pas su mieux dire :-)

      Je me rends compte, au passage, du « jeunisme » des sources que j’évoque ici (le triptyque « pop-lol-porn » héhé). Je plussoie donc ton commentaire, et j’insisterai auprès du lectorat sur ton second paragraphe : oui, chinons, chinons et chinons encore !
      J’ai découvert des choses géniales en farfouillant dans les librairies : la revue Opus International, des livres de futurologie pour enfants, des pamphlets urbanophiles… Stimulant au possible !

      Amis lecteurs(rices), à vous de trouver vos sources d’inspiration ! :-)

  • et le futur c’est de chiner des trucs chinois, sans mauvais jeu de mot

Laisser un commentaire

11 février 2011

Par

qui vous parle de