RIP la ville sous Vine

Le 28 octobre 2016 - Par qui vous parle de , , , , dans parmi lesquels

Twitter, propriétaire de Vine, vient tout juste d’annoncer sa fermeture prochaine1. Si l’appli de micro-vidéos (sur laquelle les internautes pouvaient poster des contenus filmés, limités à 6 secondes) était surtout connue pour être un joyeux déversoir de blagues en tous genres… Nous lui avions trouvé une autre utilité, beaucoup plus urbaine – mais pas forcément beaucoup plus sérieuse, vous nous connaissez !

En effet, l’un des avantages de Vine était son impressionnante démocratisation tout autour du globe, de Mumbai à Mexico en passant par Marrakech et Mantes-la-Jolie. Smartphone en poche, des millions de personnes de tous âges se sont mis en tête de capter leur quotidien en ultra-court métrages, avec des résultats souvent merveilleux. Une véritable aubaine pour nous, toujours en quête d’inspirations venues d’ailleurs pour recenser les usages et pratiques des villes du monde entier… Une forme d’anthropologie à distance permettant d’observer le vécu des lieux lorsqu’on n’a pas les moyens de s’y rendre, en somme !

Bien sûr, une vidéo de six secondes ne remplacera jamais un travail de terrain… mais avouez que cela revient quand même moins cher qu’un tour du monde tous les six mois ! Après tout, notre motto n’est-il pas d’aller puiser dans la culture populaire pour chiner des inspirations urbaines ? Si nous piochons habituellement dans des œuvres culturelles plus « institutionnelles » (clips, bandes dessinées, séries, etc.), Vine avait un atout non-négligeable à nos yeux : il émergeait directement de l’œil des citadins, sans filtre et sans tabous aucuns. Quoi de plus populaire, après tout, qu’un film tourné à l’arrache par un lycéen en vadrouille ?

Et c’est ainsi que Vine est devenu notre petit secret beauté pour comprendre la manière dont les citadins d’ailleurs appréhendaient leurs espaces, leurs rues, leurs déplacements, leurs habitats, leurs commerces etc. C’est par exemple en furetant parmi les Vine du globe que nous avons découvert les mille et une pratiques ludiques qui se tissent de tous les côtés dans les centres commerciaux – une matière précieuse pour tenter de réinventer nos grands malls locaux, bien austères en comparaison.

Parfois, des Vine nous ont inspiré des articles que vous avez lu ici. Le plus souvent il faut bien admettre que les micro-vidéos en question nous ont fait rire, grâce à un sens aigu de la mise en scène – déclenché en six petites secondes. Mais toujours, Vine nous a donné à voir d’autres mondes, comme un ticket pour un « voyage immobile », les fesses calées au chaud dans notre open space. On regrettera donc cet outil qui permettait d’appercevoir, en toute facilité, des épisodes de vie à travers les yeux de lointains locaux. Fort heureusement, il reste Snapchat et mille autres réseaux sociaux qui prendront la relève, même si les galéjades propres à Vine nous manqueront forcément !

En guise d’oraison funèbre, et plutôt que de vous lister un top de nos Vine urbanistiques préférés qui n’aurait pas vraiment de sens, on vous propose de nous partager ceux qui vous ont le plus émoustillés. Si, comme nous, vous avez aimé fureté sur ces micro-vidéos en quête d’urbanités ludiques, étonnantes, drôles ou réenchantées, n’hésitez pas à les poster en commentaires de ce billet. Histoire que cette anthropologie distanciée reste dans la postérité !

Nous quand on puise l’inspiration sur Vine (allégorie)

  1. et la suppression de 9% de ses effectifs, soit dit en passant []

Laisser un commentaire