Gentrification : colonisations spatiales et grincements sociaux

Le 18 juin 2014 - Par qui vous parle de , ,

Si la colonisation sociale des lieux a mille visages, l’un d’entre eux – tout particulier – ne possède qu’un seul nom : la gentrification.

« Anglicisme créé à partir de gentry, « petite noblesse », la gentrification est un phénomène urbain par lequel des arrivants plus aisés s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. » (Wikipédia)

Southtown from Fatal Fury,...

Ce processus socio-économique constitue une matière classique dont dispose tout observateur de l’espace urbain, que l’on pense aux géographes, aux sociologues ou aux prospectivistes. Le concept englobe ainsi des transformations diverses : certaines s’inscriront durablement dans le bâti quand d’autres s’inséreront de façon plus trouble dans des rapports sociaux localisés.

Un seul patronyme pour une physionomie protéiforme, donc, et pour lesquels nous éprouvons depuis 2009 un intérêt notable. Suit alors une modeste bibliographie « maison » sur ce lourd thème urbanistique qu’est la gentrification. Une partie des billets ci-dessous se charge alors de décrypter des événements urbains (contemporains à l’écriture) au caractère gentrifiant manifeste. La seconde partie de ces analyses embrasse de son côté des bribes pop-culturelles mettant en lumière des éléments de gentrification fictive, révélateurs de cette tendance urbaine.

Laisser un commentaire