L'observatoireDossiers & Immanquables

Les Immanquables – Mars 2021

Comme chaque mois, on vous a préparé une belle fournée de liens de veille pop et urbaine pour vous tenir au courant des anecdotes qui chatouillent ou des grands débats qui font trembler l'urbasphère. On aime les résultats hétérogènes, et on aime vous surprendre ou vous voir écarquiller les yeux. Comme d'habitude, piochez donc ci-dessous, les fragments d'urbanités qui feront chavirer vos cœurs.

Le 31 mars 2021 - Par qui vous parle de , , , dans , parmi lesquels , , , , , ,

La newsletter à ne pas manquer

« En attendant Godzilla 🦖 « , Newsletter de 15marches, 30 mars 2021

Si vous nous soupçonnez d’avoir choisi de mettre cette newsletter dans nos Immanquables du mois juste pour le titre et le petit emoji dino, vous vous trompez ! On ne va pas se mentir, notre coeur battait la chamade au moment de cliquer. Et nous ne sommes absolument pas déçus du voyage. A vrai dire on ne l’est jamais lorsqu’il s’agit de la newsletter de 15marches, que l’on vous partage régulièrement ici ou sur nos réseaux. Dans celle de cette semaine, on nous parle principalement du blocage du Canal de Suez par le cargo Ever Given. Vous en avez peut-être déjà trop vu, lu ou entendu sur le sujet, mais on aime bien en rajouter une couche car des fois il suffit d’un seul regard pour qu’un sujet barbant devienne fascinant. Et puis c’est tellement bien amené qu’on vous partage l’entrée en matière :

« On se frotte les yeux. Tout continue à se passer comme si un singe fripon s’amusait à appuyer là où ça fait le plus mal dans notre société moderne, histoire de rigoler un peu.

De matchs de foot en méga concerts, de city breaks en couloirs de métro, la terre était devenue une immense fourmilière d’humains en mouvement. Jusqu’à ce qu’un minuscule virus bloque le manège et nous cloître chez nous. Mais depuis la semaine dernière, le singe a choisi l’autre versant de notre hyper-mobilité : le transport de marchandises. »

Pour ce qui est de la référence à Godzilla, on la salue de tout notre coeur et on vous laisse lire le texte pour toucher du doigt sa pertinence. Ah ! Et sur Twitter, tout ça nous a même amenés à ordonner un peu nos références pop aux containers. La veille agglomérée ici est beaucoup plus maigre que ce qu’elle devrait mais promis on va s’y remettre sérieusement.

L’article à ne pas manquer

On pensait avoir tout vu et tout lu sur le pavillonnaire et notamment sur ses représentations dans la pop-culture, des Simpson à Desperate Housewives pour citer deux des oeuvres les plus évidentes. Dans l’article ci-dessous, Christophe le Gac est parti dans la surburbia menthe à l’eau de Vivarium (2019), et la ville vraiment paumée de Twin Peaks (la série originale et le film du début des années 1990, pas la suite plus récente).

D’autres titres plus classiques comme Virgin Suicides (1999) ou The Truman Show (1998) son évidemment évoqués dans cette analyse cinémato-urbanistico-architecturale mais ça donne envie d’ajouter plein des productions plus récentes comme le « thriller féministe » Promising Young Woman (2020)  et la série Marvel Comics WandaVision (2021). Car si les limites du modèle pavillonnaire sont connues et incarnent un trope pop-culturel depuis longtemps maintenant, le sujet est toujours autant d’actualité et il est passionnant d’en observer les mises à jour.

Le thread à ne pas manquer

Si avez 20 minutes devant vous et que vous lisez l’espagnol, rien de tel que ce petit thread sur la forme des villes et leur organisation dans la série culte Dragon Ball. On est pas sur de l’analyse hyper pointue (en même temps l’univers ne s’y prête pas forcément car ce ne sont pas vraiment des questions centrales) mais c’est raffraîchissant de lire ce genre de choses et ça fait toujours plaisir de revoir des screens de cette architecture futuriste dessinée qui a nourri notre imaginaire enfantin.

L’art à ne pas manquer

Et si la ville du futur était verticale, en bois et multicolore ? On dirait bien que l’artiste Floris Hovers est aussi un très bon prospectiviste car dit comme ça, on ne peut que faire le lien avec des tendances à l’oeuvre dans la fabrique urbaine. Mais les jolies villes de ce designer néerlandais ne sont a priori pas pensées pour être construites demain. Elles s’exposent actuellement en Belgique à la Galerie Jacques Cerami de Charleroi. On est évidemment très tristes de ne pas aller la visiter étant donné le contexte mais on peut suivre tout ça en ligne et on est littéralement tombés in love de son boulot.

Laisser un commentaire