Quelques graines semées pour faire germer les villes

Le 21 avril 2016 - Par qui vous parle de , , , , ,

Depuis 2011, les problématiques liées au phénomène de la « ville fertile » – cette jungle de béton et bourgeons – a traversé le blog sous différents angles. Il semblerait que la tendance ne soit d’ailleurs pas encore passée de mode. On peut même dire que les actions fusent dans le monde entier, du petit jardin partagé entre voisins au développement de l’apiculture sur les toits des villes. Considéré comme un symbole de bien-être pour une grande partie des citadins, ou comme une vitrine stratégique et révolutionnaire pour les acteurs locaux, le retour de la nature dans les espaces urbanisés incarne un enjeu de taille pour les villes actuelles et futures. Encore récemment, le mouvement citoyen #NuitDebout faisait parler de lui pour son potager creusé à même les dalles de la place de la République à Paris… Multiples et variées, les initiatives qui tendent à fertiliser le bitume représentent aujourd’hui un must do des agglomérations du globe.

tumblr_npfrnlrCaj1teg5eto5_500

Dans nos colonnes, les réflexions sur le sujet sont diverses, du clash d’une exposition à la Cité de l’architecture et du patrimoine au décryptage d’une bande-dessinée coréenne. Pour le reste, vous trouverez dans les archives compilées ci-dessous : une exploration de la nature dans les villes japonaises à travers le manga, un court rebond sur le premier trailer du jeu vidéo Tokyo Jungle, un coup de gueule contre la ville spéciste, le regard de Benoît Vicart sur les villes vertes de Namibie, un récit de voyage à Berlin où la pelouse est plus dense, et enfin : un condensé d’agriculture et de pâturages urbains pour broutalistes en herbe.

***

En bonus track, on pose là nos articles rédigés pour le blog Demain la ville sur le sujet. Dans ce modeste palmarès, des villes animales et des morceaux de nature à en déterrer les pavés  :

La ville nourricière ety ses paradoxes

Fragments de nature en milieu urbain

Top 5 des villes animalières dans la pop-culture

Au-delà du fantasme des rues végétales

Laisser un commentaire